Séminaire Mémorial Camille Jurien

Le logo du Mémorial rappelle que son premier objet a été de sauvegarder une ancienne chapelle, édifiée par l’héritière du Domaine de Bel Air à Sainte-Suzanne à la mémoire et pour la sauvegarde spirituelle des travailleurs affranchis et engagés sur la propriété.



A l’initiative de l’Association Mémorial Camille Jurien, Jannick FONTAINE et moi-même avons été conviés à participer à un Séminaire, se tenant dans les locaux de l’Université de la Réunion, les 23-24 septembre 2022.

Le thème en était

Travail, Liberté et Solidarité

dans la société post-esclavagiste

A cette occasion, nous avons pu présenter un texte d’une quinzaine de pages, consacré à la vie quotidienne des travailleurs affranchis et engagés sur le site de l’usine de Bel Air, au Tampon. Ce texte paraîtra dans une brochure de 200 pages, deuxième numéro des Cahiers du Mémorial.

La note de cadrage, rédigée par l’universitaire Raoul Lucas, précisait:

Parmi nous le riche exploite le pauvre mais il ne le possède pas. […]

Entre l’esclave et le prolétaire, il y a la différence d’un outil à un ouvrier. Si l’ouvrier est malheureux, c’est une raison pour améliorer son sort, mais non une raison pour se dispenser de faire passer l’outil homme à l’état d’ouvrier”.
Avec ces mots écrits six ans avant l’abolition de l’esclavage, Victor Schoelcher questionne à sa manière les trois termes « Travail, Liberté et Solidarité » placés au cœur de notre séminaire dont les notions, leurs articulations et leurs évolutions sur la période 1848-1946 sont au centre des questionnements.
On le sait, l’économie des colonies françaises restera longtemps fondée sur le travail servile et les esclaves favoriseront, par leur travail productif, la croissance de la richesse nationale. C’est précisément parce que l’esclavage concerne des produits devenant peu à peu essentiels aux yeux d’une grande partie des contemporains de l’esclavage que le système servile va intéresser les économistes. Deux raisons principales à cela. La première est interne à l’économie qui, se constituant comme science, a le souci de préciser les contours de son domaine d’investigation. En second lieu, il y a l’importance accordée à la liberté individuelle pour les économistes avec la libéralisation du commerce et la circulation des marchandises. Dans cette France tolérant l’esclavage dans ses colonies, cette préoccupation nouvelle favorise l’accueil d’une autre philosophie de la justice déjà soutenue par certains philosophes des Lumières. Ainsi, dès 1776, Condorcet s’insurge-t-il contre la consommation du sucre, cette “denrée souillée du sang de nos frères” avant de récidiver cinq ans plus tard dans son livre Réflexions sur l’esclavage des nègres.
Ses analyses vont contribuer à combattre les arguments puissamment développés par les milieux esclavagistes et leurs relais. Elles vont surtout aider à cerner les termes des débats sur l’esclavage autour des questions de la liberté des personnes comme droits imprescriptibles, de la rentabilité économique du système servile, de la marche vers l’abolition et de la transition vers un marché du travail libre [ … ]

Marie-Antoinette Camille Jurien de la Gravière, née le 4 août 1811 et décédée le 11 août 1878, était la petite-fille de la célèbre grande propriétaire Ombline Panon-Desbassyns. Le père de Camille, Joseph Panon-Desbassyns fait partie des pionniers, avec son frère, Charles, de l’aventure sucrière à l’île de La Réunion, et lorsque Camille hérite de la gestion de la propriété de Bel Air en 1850, elle est la seule propriétaire à ne pas considérer les indemnités comme un dû pour ceux qui ont investi dans le travail servile, qu’elle abhorre. Elle a donc une attitude tout à fait originale, en décidant d’investir les sommes reçues dans la restauration du monastère de Prouilhe, dans l’Aude. Plus tard, elle fait édifier sur le domaine de Sainte Suzanne une chapelle pour veiller à l’éducation chrétienne des travailleurs affranchis, et à la conversion des engagés. A l’instar de l’abbé Jaffus qui officie dans la petite église primitive du Tampon, à Terrain Fleury, l’abbé Leclerc (ou Leclaire) officie dans la chapelle de Bel air à Sainte Suzanne.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Dominique Vandanjon-Herault (3 octobre 2022). Séminaire Mémorial Camille Jurien. Une sucrerie à Bel Air. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lwuu


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search