Souvenirs de Hippolyte Charles Napoléon Mortier, Duc de Trévise

(1835-1892)

Le texte retranscrit ci-après figure dans la liasse contenant une centaine de très belles aquarelles et de dessins, cédée aux Archives départementales de la Réunion par un descendant de la famille K/véguen. Le document est répertorié sous la cote ADR 40 Fi43.

Un an avant sa mort, survenue à Paris en 1892, à l’âge de 57 ans, le Duc de Trévise dépoussière une ancienne relation de ses souvenirs de jeune marié, en 1861, lorsqu’il découvre à La Réunion la famille paternelle de son épouse, Emma Le Coat de K/véguen:

Lettre de la main de Hippolyte Ch. N. Mortier, Duc de Trévise, rédigée en 1891.

Hippolyte Charles Napoléon Mortier de Trévise est un jeune homme issu de la nouvelle noblesse d’Empire. Il est né en 1835, et vient d’épouser, le 22 octobre 1860, à Paris, dans le 8e arrondissement, Emma Le Coat de K/véguen, la fille de Gabriel de K/véguen. Or, Gabriel meurt brutalement en mars 1860, au cours de son séjour à Paris, pour les préparatifs de la noce. Il n’a donc pas pu assister à l’union de sa fille.

Maison de maître au lieu-dit Les Casernes, à Saint-Pierre de La Réunion, ADR, 40 Fi, 1861

Le couple effectue un premier voyage à l’île de La Réunion (ancienne Bourbon), au cours duquel le jeune Hippolyte réalise de très nombreux dessins et aquarelles à partir des visites effectuées sur les propriétés de son défunt beau-père, dont l’usine du Tampon. D’autres dessins rendront compte de son second séjour dans l’île, en 1865. Il est d’ailleurs intéressant de noter que, sur les 54 œuvres relatives à La Réunion, près de onze concernent Le Tampon et ses environs, et 25 au total les travailleurs du sud de l’île. Pour les travailleurs, c’est presque 30% du corpus artistique. Étrange fascination, à l’époque du saint-simonisme…
De retour en France, il occupe, avec Emma, le château de Sceaux.

Par Myrabella — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=7229624

La sœur de Hippolyte fut dame d’honneur de l’impératrice Eugénie: aussi le couple est-il familier des Fêtes impériales, mises à l’honneur au début du règne impérial de Napoléon III, mais décriées par l’opinion publique.

Franz Xavier Winterhalter (1805-1873), L’impératrice Eugénie entourée de ses dames d’honneur, 1855,
huile sur toile, 300 cm x 420 cm, Musée national du palais de Compiègne.
Anne-Eve Mortier de Trévise, marquise de Latour-Maubourg (1829-1900), est représentée à l’extrême droite de la toile.

Hippolyte Mortier de Trévise, 3e duc du nom, meurt en 1892, un an après avoir couché par écrit ce souvenir de ses débuts dans la société coloniale réunionnaise. Il n’a pas eu d’enfant. Mais il a laissé une remarquable collection d’œuvres d’art, notamment des dessins de Géricault – une esquisse pour le Radeau de la Méduse, entre autres – qu’il admirait particulièrement. Collection vendue aux enchères en 1936.

En 1861 j’ai encore vu, à St Pierre, la vieille Mme de Kervéguen, la belle-mère de mon beau-père (né en 1800 à Bourbon, mort en 1860 le 4 mars à Paris). Chez elle demeurait le ménage Férand, deux vieux, le mari ancien Md d’estampes et libraire à Nancy, avait été lecteur de la princesse P. Borghèse. Leur fille, artiste de talent, dont j’ai vu plusieurs très bons portraits, était la mère de Hervé de Kervéguen, qui, à l’heure qu’il est, (1891) fait marcher les établissements et correspond avec mon beau-frère.

Il y avait tous les Lecoq à commencer par la vieille, ensuite Mr et Mme demi-sœur de Kerveguen, leurs 3 fils : Jean-Baptiste, le médecin, Dutertre, et Desnoyers, (Dutertre seul s’unit). Thérèse de St Haouen, mariée à Juste Hoareau et puis Mr Hoareau père, notre oncle, et Clélie sa fille, habitant tous deux la seule maison en pierres de tout St Pierre, avec de jolis papiers grisaille représentant des batailles de l’Empire dans la salle à manger.

Il y avait aussi la tante Rodouan (d’Arigny), qui m’appelait toujours Germeuil et que Troussail taquinait à propos d’un téléscope, la tante Zina, la tante Rose et ses filles : Adélaïde aux grands yeux et Mathilde devenue Mme Gailleton, veuve et remariée, et Mme St Ange Choppy – Mme de Rosenay et Mme Montvert – La famille Barre – Les Massot, les Troussail de St Paul, chez qui j’ai été si bien reçu et soigné, tant à la Rivière qu’à Maffatte – les Desjardins, au bout de l’Etang, et leurs 14 enfants.

C’est là comme un abrégé de la famille de Bourbon vers 1861.

Comme amis et connaissances, je me rappelle:

MM Gamin, trois frères dont le Télégraphe, Mr Léopold, seul vit encore. La famille Blainville Choppy, Mr Félix Frappier maire de Saint-Pierre, Mr Patu de Rosemond ( … illisible) portant des pantalons à sous-pieds en sa qualité d’Etat-Major, il était camarade de mon père à l’école d’application, Chanvert et Ranie sa femme, Mr Montbel gros propriétaire à St Philippe, sa fille Mme Broutin, son fils Durempart, Mr Japhus curé du Tampon, Mr louis Chabrier du Gol, et les Robin, les Tiphaine, les Morange, les Pottier, Mr Hoarau de la Source à St Paul, les Laroche, les Douyère, les Mazérieux, Les Chrestien, les Manès, les Keating, les Maureau, & &.

Mr Retout était alors Directeur des établissements à St Pierre, Mr Bourrayne s’occupait de la culture.

Mr Barrois ( d’Entremont) des machines.

Mr Nelet avait son bureau au quartier et tenait la comptabilité.

L’oncle Hoarau avait la marine.

Enfin, pour terminer, il faut nommer Eugénie femme de charge mulâtresse, ayant soigné mon beau-frère enfant: et Victorine, La Vieille comme l’appelait Emma et comme elle appelle encore sa nénène.

A l’écurie c’est Morin ancien noir, cocher de toute éternité très adroit. Et Péroumal, indien, bon cocher aussi.

A l’office, Lazère, indien, bon domestique.

Madrouka m’a bien soigné pendant ma maladie. Baraka a été onze ans à mon service + à Paris

Bouchiana, marié, vit dans l’Inde après avoir été au service de mon beau-frère plusieurs années.

Ce portrait conservé dans la liasse FI 40 aux Archives départementales de La Réunion ne porte pas de nom. Il y a tout lieu de supposer cependant qu’il s’agisse d’un autoportrait du jeune Mortier, en tenue de peintre aquarelliste.

Mortier de Trévise a-t-il fait plus de deux séjours à La Réunion ? Certes, le dossier Fi 40 conservé aux Archives départementales de La Réunion, présente des œuvres datées soit de 1861- 44 éléments -, soit de 1866 – 17 éléments-. Mais on y trouve également un dessin de 1871, de Boutchiana, domestique de son beau-frère , Denis André Le Coat de K/veguen, accompagnant son patron en France, avant de retourner en Inde. A dire vrai, le dessin a été réalisé à Coupvray (Seine et Marne), une autre résidence du couple, occupée à partir de 1869, le château de Sceaux étant laissé à l’usage du frère de Hippolyte. Cela se passe juste avant la guerre de 1870, et l’occupation prussienne. A cette date, le château de Coupvray devra loger et entretenir des troupes étrangères, logées dans la grande ferme et les communs du château.

Vue ancienne du château de Coupvray,
Site municipal

La paix revenue, le Duc de Trévise s’investit dans la vie du village. Jusqu’à la fin des années 1880, il se lance, avec Emma, dans des œuvres à destination soit du clergé, soit des habitants: une école privée pour jeunes filles et une « salle d’asile » (en fait, une classe maternelle) sont ouvertes, qui fonctionneront jusque dans la deuxième moitié du vingtième siècle.

La mort du Duc, en février 1892, laisse Emma veuve, laquelle confie la gestion du domaine à son neveu premier-né, Emmanuel, le grand frère de Robert. Car le couple n’a pas eu d’enfant.La duchesse Emma de Trévise, née K/veguen, meurt en 1916 ; c’est alors Emmanuel qui participe à la vie du village, se faisant régulièrement élire au conseil municipal. Il devient maire de Coupvray de 1906 à 1912 puis de 1919 à 1924.

Le récit rapide fait par Mortier de Trévise montre l’important réseau de relations, parentèle, et associés dans les affaires familiales. L’excellente mémoire des noms indique que nombre de liens ont été suivis sur une longue période, par une fréquentation assidue et par une correspondance active, comme il est alors d’usage, même si le premier jet du récit date de 1861.

L’analyse de ce vaste réseau sera l’objet d’un autre chapitre de ce blog …


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Dominique Vandanjon-Herault (31 janvier 2023). Souvenirs de Hippolyte Charles Napoléon Mortier, Duc de Trévise. Une sucrerie à Bel Air. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lwv0


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search