Golo, esclave affranchi en 1848

Dessin de Hippolyte Charles Napoléon Mortier, de Trévise (1835-1892).

Le texte du dessinateur précise:

Chanvert descend le chemin de la plaine – Golo est à ses côtés.

Archives départementales de La Réunion/ 40 FI 72. 1861
Iconothèque historique de l’océan Indien

Golo est le personnage croqué à la gauche du conducteur, portant un chapeau créole en paille de vacoa, communément appelé “capeline”. Ce n’est pas lui qui conduit le Tilbury, mais Champvert Louis Marie Maillot, un jeune cultivateur de 28 ans, habitant “route de la Plaine”d’après son acte de mariage datant de l’année précédente, du 11 juin 1860 précisément. Cette année-là, il épouse à Saint-Pierre Marie-Louise Joséphine Bègue, originaire de Saint-André, et veuve de François Robillard Hoarau – mort le 12 décembre 1858, qu’elle avait suivi à Saint-Pierre. Champvert aussi est veuf, d’une première épouse, Léontine Welment, qu’il avait à peine eu le temps de connaître. Le premier mariage avait en effet été célébré le 7 juin 1856, et Léontine meurt subitement le 19 novembre 1856. S’agit-il du Chanvert mentionné par Hippolyte Ch. Napoléon Mortier dans ses souvenirs de 1891 ? La chose est plausible, mais dans ce cas, la mention qui est faite de l’épouse de Champvert ne correspond pas: Uranie a été l’épouse du père de Louis Marie- 1789-1840 -, qui porte aussi les mêmes prénoms. Ce nom de Champvert disparaît des registres d’Etat-civil dans la descendance des deux Louis Marie: était-ce alors plutôt un surnom? Le terme de cultivateur, et sa présence dans le cercle relationnel de la puissante famille Le Coat de K/véguen laisse penser que les Maillot sont des propriétaires, ou des locataires de terres à cannes cultivées pour le compte des K/véguen?

Extrait du registre spécial pour Saint Pierre

On sait peu de choses sur GOLO: les registres d’affranchissement de 1848 le désigne comme “cafre”, ce qui semble indiquer qu’il n’est pas né dans l’île, auquel cas il aurait été enregistré comme “créole”. Il fait partie des six esclaves affranchis de la Veuve Frappier: deux Cafres, Arlequin âgé de 52 ans au moment de l’affranchissement, ce qui lui donne 65 ans au moment où sa silhouette est esquissée sur le dessin de Mortier de Trévise- et Lamour GALAN, 3 créoles – Nanette HERMES 64 ans, Vitaline GRANMONTI, 43 ans, Emilie FIANBRI, 20 ans – et un Malgache, Constance GINESTAS, 48 ans. Il est possible que les deux Cafres aient été asservis à la culture, peut-être d’un jardin potager, ou d’un champ, pendant que les femmes faisaient office de lingère, et de domestiques. Une autre hypothèse est que Golo ait pu exercer la fonction de cocher: comment expliquer que Hippolyte Ch. N. Mortier ait pu, autrement, retenir son nom, parmi la multitude de domestiques et de travailleurs qui ont croisé son chemin de villégiature en 1861 et 1866 ? Cela expliquerait alors qu’il soit aux côtés de Champvert sur le dessin, même si c’est ce dernier qui tient les rênes de la mule. La fonction de cocher, ou de domestique proche – valet, nénène – crée des liens de proximité et parfois de confiance mutuelle que les historiens Jacques de CAUNA et Jean-Louis DONNADIEU ont subtilement analysés dans un article de 2008 consacré aux rapports entretenus, et maintenus, à Saint Domingue, entre Toussaint LOUVERTURE et son ancien patron, le Comte de Noé…

Au moment de l’affranchissement, Mme Veuve Frappier de Montbenoît a confié les opérations concernant ses anciens esclaves à Valfroy Deheaulme, le premier constructeur de l’usine du Tampon (d’après les informations recueillies sur le site du CNRS: REPAIRS).

Le nom de GOLO est peut-être le nom d’origine africaine de Arlequin. Son prénom en tous les cas lui a été donné par sa propriétaire. Beaucoup de maîtres d’esclaves s’amusaient de façon puérile et parfois cruelle à donner des noms, ou plutôt des prénoms, qui jouaient sur les mots, ou sur les qualités et défauts supposés de leurs esclaves. Dans la liste des esclaves déclarés par la Veuve Frappier, on note ainsi Lamour GALAN… Golo, lui, a été affublé d’un prénom tiré de la commedia dell arte, Arlequin..

Cette image- due à Maurice SAND, Masques et bouffons (Comedie Italienne), Paris, Michel Levy Frères – date de 1860, d’après un dessin plus ancien de 1671.

On y voit une caractéristique du personnage d’Arlequin, dont le nom est parfois écrit avec un “H” en initiale, affublé d’un masque noir. A-t-on voulu souligner la noirceur de peau de Golo en lui attribuant ce nom tellement éloigné de la culture africaine? ou bien évoquer son caractère fidèle et enjoué? On ne le saura sans doute jamais, mais ce qui persiste, c’est le sentiment de malaise, y compris pour un lecteur d’aujourd’hui, résultant du décalage voulu par les maîtres entre leur culture considérée comme un code de reconnaissance entre gens “biens nés” et celle, déniée, de leurs serviteurs.

Article Premier

A dater de la publication de la présente ordonnance dans les colonies de la Martinique, de la Guadeloupe, de la Guiane française et de Bourbon, les déclarations d’affranchissement énonceront, outre le sexe, les noms usuels, la caste, l’âge et la profession de l’esclave, les noms patronymiques et les prénoms qui devront lui être donnés.

(…)

Article 3

L’acte d’affranchissement à dresser, en exécution de l’article 5 de ladite ordonnance, sera transcrit sur les registres de l’état-civil de la commune où l’esclave était recensé, en présence de deux témoins désignés par l’affranchi, ou appelés d’office par l’officier d’état-civil.


Ordonnance du Roi, concernant les noms et prénoms à donner aux affranchis dans les colonies, Paris le 29 avril 1836

Les noms des affranchis sont donnés en vertu d’une ordonnance royale datant de 1836. A La Réunion, une partie des 68 registres spéciaux crées pour les affranchis de 1848 a été numérisée par les services des Archives départementales. Ils respectent les normes édictées en 1836, mais, hélas, un certain nombre de ces registres ont disparu, ou sont trop abîmés pour être lisibles.

Quant au véhicule représenté par Mortier de Trévise, il s’agit soit d’un cabriolet à deux roues, soit d’un Tilbury: les roues sont en effet de grand diamètre, conçues pour aller vite sur des chemins de campagne. La légèreté du véhicule est un gage de rapidité, une seule mule suffit à le tracter, mais il est aussi très instable. C’est pourtant le véhicule idéal pour monter et redescendre le Chemin de la Plaine, entre Le Tampon et Saint-Pierre. Les Hauts de l’île sont en effet désenclavés depuis fort peu de temps: 1856, mise en service de la Route de ceinture dite Hubert DELISLE, du nom du Gouverneur créole qui en décida le tracé. Cette route dessert l’altitude des six cents mètres, en amont du littoral, au moment où l’habitat se développe à mi-pente des planèzes de la Côte au Vent et de la Côte sous le Vent

Dans un rapport adressé au gouverneur en 1858, Boisjoly Potier, autre propriétaire membre du cénacle restreint des notables du sud de l’île, bénéficiaire d’une concession de 300 Ha de terres à la Plaine des Cafres, écrit:

les principaux obstacles au développement des Plaines sont l’absence d’eau et le manque de routes.

En 1862, l’ingénieur colonial Louis Maillard installé depuis plus d’une vingtaine d’années dans l’île, donne un aperçu de ce qu’il appelle la « Route de l’intérieur de Saint-Benoît à Saint-Pierre d’une longueur totale de 68 km » :

 De Saint-Benoît vers et dans la Plaine des Palmistes : 23 km de route de voiture. Montée entre la Plaine des Palmistes et la Plaine des Cafres : 8 km de sentier. Dans la Plaine des Cafres : 10 km de sentier. De la Plaine des Cafres à la Ravine Blanche : 15 km de chemin de charrettes. De la Ravine Blanche à Saint-Pierre : 12 km de route de voitures.

Louis Maillard, Notes sur l’île de la Réunion Ile Bourbon, Paris, Dentu, 1862

L’idée d’une route transversale reliant la Côte au Vent- depuis Saint-Benoît- à la Côte sous le vent est- jusqu’à Saint-Pierre- est ancienne. Une première partie carrossable est construite dès 1770, avec le travail de Noirs du Roi, ou d’esclaves mis à disposition de la colonie par les propriétaires locaux. Les dix kilomètres de sentier qui relient le sommet de la Plaine des Cafres – en réalité, un plateau basaltique, propice à l’élevage bovin et ovin – ont été en partie concédés par Gabriel Le Coat de K/veguen, qui mit à contribution vers 1851 une cinquantaine de ses Noirs affranchis.

Le Gouverneur Louis DORET: voir l’ouvrage de Raoul LUCAS et Mario SERVIABLE: Gouverneurs de La Réunion

En effet, la mise en concession des hautes terres de l’île suit de peu l’abolition de l’esclavage de 1848 : il paraît nécessaire au Gouverneur Louis Isaac Pierre Hilaire DORET ( gouverneur du 15 avril 1850 au 8 août 1852 ) de ne pas laisser ces territoires aux seules mains des descendants des esclaves “marrons” qui y avaient trouvé refuge. Il a également en tête deux autres objectifs:

  • fixer une population flottante de Petits Blancs des Hauts, ainsi que l’on nomme déjà les Blancs appauvris par l’abolition, et les affranchis déclassés
  • développer les cultures vivrières, mises à mal par l’extension effrénée de la canne à sucre dans les plantations. Les légumes, et les principalement les pommes de terre, et les haricots – que les habitants désignent du terme générique de “grains” – viennent bien dans ces contrées soumises à une période hivernale très fraîche, en raison de l’altitude. Le plateau de la Plaine des Cafres culmine entre 1000 et 1600 mètres d’altitude.
Panorama de la Plaine des Cafres, vu depuis le Nez de Boeuf: au loin, les sommets du Grand Bénard et du Piton des Neiges
Les hautes terres de la Plaine des Cafres sont propices à l’élevage bovin, et à celui des moutons. Ces terres sont acquises dès les années 1830. A cette époque, Gabriel Le Coat de K/véguen y entretient un garde champêtre, qui surveille les agissements des “marons” et des autres rares propriétaires, dont Monsieur Reilhac.

Louis Laurent SIMONIN, jeune ingénieur des Mines qui s’est rendu à l’île de La Réunion en 1861, dans le cadre d’une enquête sociale pour le compte de la Société Internationale des Etudes d’économie sociale, fait le tour de la petite colonie, s’arrêtant quelques jours à Saint-Pierre. Il fait l’observation suivante pour ce qui concerne les Hauts du Tampon:

La plaine des Cafres est devenue depuis quelques années le pays des paisibles cultures et de l’élève du bétail. On y fabrique du fromage et du beurre comme en Suisse et en Normandie, et au milieu de ses vertes prairies l’on peut s’abreuver de lait. Les bondons qu’on y confectionne ne craindraient pas d’entrer en concurrence avec ceux de Neufchâtel, et les légumes, surtout les pommes de terre, y sont de première qualité.

Louis SIMONIN, VoyaGe à l’île de La Réunion, Le tour du monde, vol. 6, 1862

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Dominique Vandanjon-Herault (17 février 2023). Golo, esclave affranchi en 1848. Une sucrerie à Bel Air. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lwv1


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search