Le parapluie du pauvre citoyen

Cette aquarelle de Hippolyte Charles Napoléon Mortier, Marquis de Trévise (1835-1892) a semble-t-il été réalisée vers 1861, sur le site du Tampon (?). Il est vrai que les pluies orographiques (nous sommes entre 400 et 600 mètres d’altitude, dans le sud de l”île de La Réunion) sont très fréquentes dans cette partie de la côte dite “sous le vent”, en particulier pendant la saison chaude, qui suit immédiatement la période de la coupe de la canne à sucre.

De part et d’autre de notre “citoyen”, les plants de canne à sucre sont encore juvéniles: ils n’atteignent même pas sa taille. Après la “roulaison”, les boutures de cannes sont vite remises en terre, et la repousse elle-même est rapide.

Cela semble être le cas ici: on distingue une cheminée d’usine à l’arrière plan, avec son allée de palmiers qui en délimité l’accès.

Mortier de Trévise utilise en légende le titre un peu pompeux dont aiment à se parer les affranchis de 1848. Il est vrai qu’il y a de quoi être fier de ne plus être considéré comme un esclave. Pour autant, la vie quotidienne ne change guère: levé tôt pour aller travailler aux champs, ou à l’usine, et un maigre salaire qui oblige à se vêtir comme du temps de l’esclavage, avec le pantalon de toile bleue (toile de Guinée, teinte à l’indigo) et la chemise en coton rayée, sans doute en provenance de l’Inde. Pas de chaussures! Et encore moins de parapluie: une large feuille de bananier protège ce jeune travailleur.

Dessin de Hippolyte C. N. Mortier, Marquis de Trévise, 1861

Un autre dessin du gendre de Gabriel Le Coat de K/veguen montre un jeune homme, indifférent à la pluie qui tombe.

Ce n’est pas un engagé, car il porte un chapeau de feutre, bien déformé, mais qui reste le symbole de la liberté, depuis la loi d’abolition de l’esclavage, en 1848. Avant cette date, la coutume de l’ère esclavagiste voulait que l’esclave ne portât point de chapeau. contrairement cependant à une croyance tenace, cette interdiction ne figure pas dans l’édit de 1723, qui fait office de Code noir pour l’île Bourbon.

Détail amusant: sous le dessin d’Hippolyte Charles Napoléon Mortier, de Trévise, il est inscrit la parole donnée en créole par le jeune homme:

La pli y fait pas rien çà!

Malicieux, l’auteur ajoute:

ça ne lui fait rien, tant pis pour lui, … mais aux cannes, cela leur fait du bien, tant mieux pour elles ! …

Dossier 40FI, archives départementales de La Réunion

Météo France suit de près depuis les années 1980 les tendances climatiques sur l’île de La Réunion. Il existe des relevés plus anciens, remontant aux débuts de la période de la départementalisation, après 1946; cependant, ces relevés ne sont pas toujours fiables, car ayant été parfois effectués un peu trop à la légère par des agents administratifs, ou plus souvent des manoeuvres qui avaient du mal à en voir le grand intérêt…

Carte issue de site de météo France Réunion

Les parties sud et est de l’île sont extrêmement arrosées, enregistrant parfois des records de pluviométrie. On peut supposer que le dix neuvième siècle était sans doute plus arrosé encore que de nos jours, la couverture forestière des Hauts de l’île étant alors moins clairsemée. Dans les premiers temps de la découverte de l’île par les navigateurs européens partis explorer le vaste monde, aux 16e et 17e siècle, l’île, couverte de végétation tropicale, – et de tortues ! – est surnommée “Rain Forest”.

Cette photographie de Jean François BEGUE est extraite du site du Parc National des Hauts de La Réunion; elle est prise depuis la crête du coteau Kerveguen, culminant à plus de deux mille d’altitude, entre le sommet de l’Entre-Deux et le piton des Neiges. A gauche, les nuages provenant de la partie est de l’île sont poussés par les alizés en direction du rebord du cirque de Cilaos, visible au premier plan. On voit qu’ils sont vaporisés par les courants d’air chaud ascendant depuis le fond du cirque. C’est un effet typique de Foehn.

Le coteau Kerveguen est ainsi nommé car il borde les anciens pâturages sur les hautes terres sudistes de Gabriel Le Coat de Kerveguen.

Extrait carte topographique de La Réunion
Extrait de Géoportail/ Carte topographique IGN

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Dominique Vandanjon-Herault (9 mars 2022). Le parapluie du pauvre citoyen. Une sucrerie à Bel Air. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lwui


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search