Josémont Lauret

Guide du volcan et Blanc des Hauts

Le point de départ de cette chronique est due à la plume de Sully DAMOUR ; nous avons complété ses propos par des recherches sur le fichier état-civil des ANOM, et une exploration archivistique – ADR, Archives Départementales de La Réunion-, sur les Eaux et Forêts; nous avons également relu quelques ouvrages de sociologie ainsi que des relations anciennes de voyage, pour retrouver le regard porté sur la catégorie sociale des propriétaires et des colons dans les Hauts du Tampon. En effet, le corps de Josémont fut ramené dans une petite case en amont du site de l’usine de Bel-Air, au lieu-dit Terrain Fleury, dans l’actuelle rue des Frangipaniers.

La nuit du 5 octobre 1887, à 23 heures, Josémont Lauret, guide du volcan, trouve la mort dans des conditions climatiques éprouvantes, au retour d’une expédition au volcan, non loin de la Caverne des Lataniers, à plus de 2000 mètres d’altitude.

A 69 ans, il est mort de froid, et d’épuisement, adossé à une pierre, à moins d’un kilomètre de la Caverne. C’est dans cette posture que l’ont retrouvé les secours.

Avec eux, un autre guide, Achille Guillemin, plus jeune, que Josémont avait envoyé chercher des renforts à La Plaine des Cafres; tous deux sont sous les ordres de Georges Goizet, chef du service des Eaux et Forêts. Ce service, ancêtre de l’Office National des Forêts créé en 1965, existait depuis longtemps, et avait été restauré sous Napoléon III, lequel considérait cette administration civile comme une valeur sûre, et dont les compétences techniques étaient reconnues dans d’autres pays. Depuis 1877, le service était rattaché au ministère de l’Agriculture. C’est ainsi que Raimbaud, directeur de la station agronomique, fait partie de l’expédition, décidée semble-t-il un peu légèrement- en tous les cas, mal préparée- par le jeune fonctionnaire, puis qu’il aboutit à la mort prématurée de l’un des plus célèbres guides du volcan.

Le journal « La Vérité » dans son édition du dimanche 9 octobre 1887, sous le titre « une excursion mouvementée » relate la tragédie

Le mauvais temps que nous avons eu à Saint-Denis ces derniers jours a été général. A l’est de l’île, il a particulièrement été détestable. MM Goizet, chef du service des Eaux et Forêts, Raimbaud, directeur de la station agronomique étaient allés faire une excursion au Volcan. Ils ont été pris en route par la pluie, le vent, le froid. Ne les voyant pas revenir, on s’est ému. Un télégramme du procureur de la République de Saint-Pierre a annoncé au gouverneur cette détresse de trois voyageurs. Le chef de la colonie a envoyé immédiatement des ordres (…) Samedi à neuf heures et demie du matin, nous recevons de notre correspondant à Saint-Pierre le télégramme suivant : « gendarmes et magistrats partis recherche. Un guide trouvé mort. On croit que les voyageurs se sont réfugiés dans la caverne des Lataniers.

Etienne Antoine RICHAUD reste peu de temps à La Réunion: du 11 octobre 1886 au 16 décembre 1887; au cours d’un précédent voyage, il y avait connu, et épousé une belle créole de la colonie, fille de distillateur, et d’une mère couturière, Georgina GERINGER, morte prématurément en 1870 au cours du naufrage du navire l’Indre.


L’article se termine par ces termes :

Dernière heure. Voyageurs retrouvés saufs, mais sans vivres caverne des Lataniers. Guide Josémont Lauret seul mort. Guide Guillemin très malade


Le mercredi 12 octobre, le journal « La vérité » publie un nouvel article :

Comme vous l’annonçait mon télégramme du 8 courant, les touristes partis pour visiter l’intérieur de l’île sont sains et saufs, mais ils sont revenus bredouilles de leur excursion, après avoir senti pendant 48 heures ce que sont les douceurs de la famine… Cette leçon leur apprendra, sin le goût leur prend de tenter encore pareille aventure à ne pas s’embarquer sans biscuit ou tout au moins à ne pas quitter leurs provisions d’une semelle….La mort de leur vieux guide Josémont Lauret est presque une perte coloniale. Tous ceux qui ont eu l’occasion d’user de ses services le regrettent sincèrement. Il a fallu que le temps fut exceptionnellement mauvais pour tuer cet homme habile habitué à passer sa vie dans les mornes… Achille Guillemin, l’autre guide qui est plus jeune et plus vigoureux est beaucoup mieux aujourd’hui et heureusement hors de danger.

Le défaut de provisions de bouche en quantité suffisante pour affronter les rigueurs du climat montagnard du Piton de la Fournaise devait être une pratique assez répandue, car les guides ultérieurs, en particulier Alfred Picard, dans la première moitié du vingtième siècle, s’en plaignaient. L’absence de précautions est d’autant plus impardonnable que, généralement, on choisit la période hivernale, entre juillet-août et novembre dans l’hémisphère sud, pour accomplir la randonnée au volcan, car la saison est sèche, et donc plus favorable pour circuler sur des terrains volcaniques, alternant sentiers étroits pouvant devenir boueux, et grandes plaques de laves cordées, appelées pahoehoe aujourd’hui ( prononcez: païoïoï, mot d’origine hawaienne).

Vue sur le massif du Grand Bénard, à gauche, et le Piton des Neiges – appelé au dix neuvième siècle Gros Morne – depuis la caverne des Lataniers.

Revenons à 1887: rapidement, dans les semaines qui suivent l’annonce de la tragédie, des voix s’élèvent pour réclamer une manifestation concrète des hommages rendus à la mémoire du guide du volcan. Comme notre homme est mort dans l’exercice de ses fonctions, à l’initiative du service des Eaux et Forêts, et de son bien imprudent jeune directeur, il est  décidé d’ériger une stèle à sa mémoire sur le sentier qui porte aujourd’hui son nom, à l’endroit où son corps fût retrouvé. On peut y lire encore aujourd’hui cette inscription:

Il est tombé victime de son courage et de son dévouement à ses compagnons de route.

Voyageur, rends lui hommage

Mais avant tout, le conseil général, dès janvier 1888, se prononce pour une pension supplémentaire de 300 Francs- outre la pension que son mari percevait en tant qu’agent forestier – à sa veuve, qui doit élever des enfants encore jeunes. La pension est réversible, c’est-à-dire qu’elle sera versée jusqu’à la majorité des enfants, à 21 ans. A dire vrai, la veuve était la troisième épouse de Josémont: celui-ci s’était marié une première fois à Saint-Pierre avec Marie-Françoise Lauret, en 1834. De cette première union étaient nés trois enfants: Ferdinand, Louis Germeuil et Marie Françoise. A noter que son épouse, née en 1814, est aussi sa tante, et qu’elle descend par son arrière-grand-mère paternelle de la lignée des Dugain, qui fournirent de redoutables chasseurs de noirs à l’époque du marronnage dans les Hauts de l’île:

Photographie de B. Navez, Wikipedia.
Les Hauts de la rivière des Remparts, où Jean Dugain- 1717-1787 ?- faillit débusquer un important camp de marrons- esclaves ayant fui leurs maîtres pour vivre libres

Extrait du récit de Bory de Saint-Vincent, Voyages dans les quatre principales îles, des mers d’Afrique, tome III, page 80. L’auteur a rencontré le fils du chasseur de Noirs.

Il semble que cette union n’ait pas résisté au temps qui passe, puisque, en 1843, Josémont épouse une certaine Louise Lauret, née en 1826, qui lui donne trois autres enfants: Marie Angélique, Joseph et Judith. Devenu veuf en 1861, et alors que ses enfants du deuxième lit sont encore bien jeunes, il se marie une troisième fois en 1863 avec une jeunesse de vingt ans sa cadette, Ursule Radegonde Lépinay, laquelle s’empresse d’ajouter son lot de bambins à la progéniture de Josémont: naissent ainsi entre les années 1865 et 1879 six autres enfants – Thérésine, Louis Aristide, Marie Ursulette, Ange, Jean-Joseph et Joseph Gabriel. Au total, le vigoureux Josémont compte une douzaine d’enfants ! Ce bref aperçu familial permet de faire une incursion dans la vie rude des Blancs des Hauts, comme on appelle ces cultivateurs s’échinant sur de maigres parcelles de terrain, chichement concédées par les propriétaires fonciers, en l’occurence, les Hoarau, puis les K/veguen. Les parents de Josémont, Henry Lauret et Marie Françoise, née Smith, se déclarent “habitants” c’est-à-dire petits propriétaires, sur l’acte de naissance de leur fils: aucun des deux ne sait lire et écrire, pas plus que, plus tard, leur fils. Le grand-père de Josémont était lui-même propriétaire d’un petit lopin, avec une seule esclave à son service, Céline, affranchie en 1848 à l’âge de 63 ans. La famille, établie dans les Hauts de Saint-Pierre, dont le Tampon n’est alors qu’une section spéciale, fait partie de la catégorie de population que le docteur Théron, procédant à des conseils de révision pour le recrutement de militaires, en fin de siècle, appelle Blancs des Hauts:

Acte de naissance de Josémont Lauret, en 1818, ANOM

Cette appellation de Blancs des Hauts mérite une rapide explication: dans le sud, véritable front pionnier à partir des années 1715, et à partir de l’obligation faite à cette époque par la Compagnie française des Indes Orientales de cultiver un certaine quantité de caféiers, des colons quelque peu rebelles choisissent de vivre aux marges de l’oekoumène cultivé. Ils se consacrent à des cultures vivrières, à la chasse dans les forêts adjacentes, ou plus lointaines, puis, la fin du siècle venant, à des cultures un peu plus spéculatives comme la vanille, et après 1890, le géranium. Les femmes sont rares, et dans la parentèle de Josémont Lauret, on trouve des alliances entres frères et soeurs de la famille Lauret- côté paternel- , avec des frères et soeurs de la famille Smith – côté maternel- si bien que les fratries et alliances matrimoniales sont en même temps des cousinades…

La vie des femmes est particulièrement rude, ce qui explique peut-être le décès prématuré de la deuxième épouse de Josémont: pas de contraception, peu de connaissances autres que celles liées aux labours, à la culture, et aux plantes médicinales; pour peu qu’une naissance s’annonce difficile, et que la matrone ne soit pas disponible, et c’est la mortalité infantile et la mortalité en gésine qui explose.

Auguste Billiard, un haut fonctionnaire arrivé dans l’île au début du dix-neuvième siècle – en 1817, à un an de la naissance de Josémont – décrit ainsi cette population particulière:

Les créoles des hauts n’ont presque pas de relations avec les habitants des bas; quelques uns, descendant des premiers habitants de la colonie, sont de race européenne pure; leurs femmes, quand elles sont blanches, et surtout leurs filles, ont le teint frais et coloré comme nos jolies paysannes de France. Tel est l’effet de la température moins brûlante dans laquelle ils sont placés. La plupart ont des nuances de couleur africaine, parce qu’ils appartiennent ou s’allient à des familles d’affranchis. Ils ne viennent guère qu’une ou deux fois l’année à la ville: on les voit arriver en foule le vendredi saint pour faire leurs emplettes et pour l’adoration de la croix, car ils sont chrétiens comme çà même, pour me servir de leur expression. Ils descendent pieds nus, mais à quelque distance du quartier ils ont soin de mettre des souliers pour qu’on ne les confondent pas avec les esclaves. En remontant ils quittent la chaussure, qui ne servira qu’au voyage prochain. Ces bonnes gens, car ils ne sont pas méchants, vivent dans une profonde ignorance de toutes choses. Ils s’imaginent que la France est une île faite comme la leur; que les grandes propriétés vont du bord de la mer au sommet des montagnes; ils sont tout étonnés d’apprendre que l’on y mange autre chose que des patates, du maïs, du cabris, ou du cochon boucané. Il est probable qu’ils n’ont jamais entendu prononcer le nom du maire, et encore moins celui du gouverneur; du reste, ils sont en grande estime d’eux-mêmes, et ne pensent pas qu’on puisse avoir le droit de les commander. C’est en les prenant par l’amour-propre qu’on les incorpore dans les milices des hauts. Ils se croient alors quelque chose; ils suivent volontiers les chefs qu’on leur choisit parmi les riches propriétaires du voisinage qui ont su gagner leur confiance et leur affection.

BILLIARD, Auguste, Voyage aux colonies orientales, Lettres écrites à M. le Comte de Montalivet, ancien Ministre de l’Intérieur pendant les années 1817 à 1820, Texte publié dans la collection Mascarin, ARS Terres créoles, 1990

Ce texte savoureux, qui se veut relation d’observations objectivées, n’en véhicule pas moins les préjugés usuels à cette date liés à la couleur de la peau. Cet extrait permet de ranger la famille de Josémont plutôt dans la catégorie des propriétaires que d’autres Blancs des Hauts suivent à l’occasion. Il est déjà connu en 1854 pour ses qualités de guide reconnu, puisqu’il accompagne le jeune François Césaire de Mahy lors de sa première excursion au volcan.

Janet Lange, de son vrai nom Ange-Louis Janet, 1815-1872, a dessiné ce coureur des bois, ou chasseur de cabris, d’après un dessin de Mortier de Trévise.

En 1861, Louis Simonin, diplômé de l’Ecole des Mines de Saint-Etienne, devenu expert en géologie, fait un séjour rapide à La Réunion pour y mener une enquête sociale, dans un esprit saint-simonien, autrement dit convaincu que les progrès rapides dans l’industrie peuvent mener à une société plus juste, à partir d’analyses solides des réalités du moment. Il donne une description de ces coureurs des bois, car il a eu recours à l’un d’entre eux pour une excursion en montagne:

Guides et porteurs, marchant nu-pieds, se cramponnaient de leurs jarrets d’acier à la terre et à la mousse ; mais moi, chaussé de knémides que les Grecs d’Homère n’eussent pas désavoués, je glissais à chaque instant et manquais de rouler jusqu’au bas de l’abîme.

Louis SIMONIN, Voyage à l’île de La Réunion, 1861

Quant à Josémont Lauret, il est sûrement sollicité par d’autres aventuriers, en séjour dans l’île, désireux de découvrir les flancs escarpés des montagnes intérieures, et sans doute d’éprouver de délicieux frissons pour avoir cotoyé maints dangers, tout en ayant confiance dans le pied sûr de leur guide. Celui-ci parcourt sans cesse les hauts sommets et les moindres ravines, et finit par découvrir, en 1869, les sources du Bras Cabot, sur le flanc est de l’île, côte au vent. Il en devine les capacités thermales, qui seront effectivement exploitées pendant plusieurs années, mais au prix d’un accès extrêmement difficile. Aujourd’hui, le griffon de Bras Cabot n’est splus visible, enfoui sous un éboulis en 1958.

Il se peut très bien que ce soit Josémont Lauret qui ait servi de guide en 1861 à Mortier de Trévise, au moment où celui-ci décide d’explorer l’île accompagné de son intrépide épouse, Emma, la fille de feu Gabriel Le Coat de K/véguen. Le jeune couple est accompagné dans ce périple par un autre couple apparenté à la famille K/véguen, celui formé par François Cézaire de Mahy et sa femme, Valentine née Panchaud de Bottens.

On ne peut être sûr que Josémont fût là: mais après tout, pourquoi pas? Car il paraît raisonnable de penser que les excursionnistes aient cherché à s’assurer l’un des meilleurs guides du moment, si ce n’est le meilleur, car François Cezaire de Mahy avait déjà, dans son jeune temps, fait appel à ses services en 1854, pour sa toute première excursion – le fait est relaté à la fin de son opuscule sous formes de lettres familières destinées à sa petite-fille, Adèle. Dans ce cas, il serait peut-être le personnage déictif, sur le promontoire volcanique, constitué par le rempart gauche de l’enclos Fouqué, qui mène au Nez coupé de Sainte Rose.

Le volcan de la Réunion vu du pas de Bellecombe, 1er août 1861, par Hippolyte Ch. N. Mortier, de Trévise, 40 Fi 105 bis, Iconothèque historique de l’océan Indien

Ce serait encore lui, silhouette minuscule, à l’extérieur de la Caverne, sur cet autre dessin de Mortier de Trévise:

Voir la description de ce dessin ici

Le dix neuvième siècle, dans sa deuxième moitié, est le moment où les classes aisées découvrent les joies de la montagne sur le sol européen, et celles du thermalisme. Excursions et rencontres “au sommet” ou dans les villes d’eaux, sont devenues une mode et un art de sociabilité moderne. Indirectement, la colonie de La Réunion profite de cet engouement. Par contrecoup, des figures comme celles de Josémont Lauret deviennent légendaires.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Dominique Vandanjon-Herault (15 avril 2023). Josémont Lauret. Une sucrerie à Bel Air. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lwv3


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search