Aperçu sur les systèmes de mesure

Bois de chandelle servant de bornage
Bois de chandelle – Dracaena reflexa – servant de bornage entre deux champs de cannes à sucre

La gaulette, mesure de longueur et de surface

Jusqu’à la Révolution française, le système de mesures, tant pour les longueurs de terrain, que pour les surfaces des propriétés, n’est pas unifié. Un usage ancien a répandu le pied comme mesure de référence. A l’île Bourbon/La Réunion, sous le gouvernorat d’Antoine de PARAT (1710 à 1715), le Conseil provincial décida, par une ordonnance du 24 février 1715, que quinze pieds serait la mesure officielle de la gaulette, soit l’équivalent de 4, 872 mètres :

Les questions les plus nombreuses qui occupèrent d’abord le conseil provincial furent celles des concessions ; celles-ci n’avaient été faites qu’en termes vagues, sans limites positivement déterminées. De là une source de contestations et de procès. Pour y remédier, on avisa au mesurage de toutes les propriétés ; cette opération eut lieu au moyen d’une gaulette de quinze pieds. Telle fut l’origine de la mesure de superficie légalement usitée dans le pays, jusqu’à la substitution des mesures métriques, vers 1842

Histoire abrégée de l’île Bourbon ou de La Réunion, imp. Gabriel et Gaston LAHUPPE, 1883, – auteur anonyme-

Le Bois de gaulette – Doratoxylon apetalum – était communément répandu dans la forêt semi-sèche de moyenne altitude, dont l’espace originel a été considérablement réduit. Cet arbre endémique des îles Mascareignes, vigoureux, a bien survécu jusqu’à nos jours.

Aux 18e et 19e siècles, son jeune tronc, ou ses longues branches très solides et bien droites ont fourni un instrument de mesure idéal: taillé à la longueur de quinze pieds, le bois de gaulette a servi à mesurer nombre de parcelles et de propriétés.

La photographie provient du site dédié à l’information sur la reconstitution actuelle de la forêt semi-sèche, financée par un programme européen: Life+Corexerun.

Ce ne fut pas le seul usage de ce bois très résistant: on en fit des manches de pioche, ou d’outils divers, des baguettes pour diriger l’attelage de boeufs, ou encore les rayons des roues de charrettes.

Ajoutons que le terme de gaulette, très répandu encore aujourd’hui à La Réunion, notamment pour les mesures de surface – soit 23,73 m2 – n’est pas spécifique à l’île; le mot est couramment utilisé en France pour les baguettes de noisetiers, avec des usages à peu près équivalents.

On peut douter de la parfaite précision de ces mesures, et avec la pratique du morcellement des propriétés, la précaution fut prise de signaler les limites, ou bornages, par des plantations d’arbres résistants à la violence des vents cycloniques, visibles de loin entre les champs de cannes à sucre: pour ce faire, on utilisa généralement le Bois de chandelle – Dracaena reflexa.

Arpent

Une autre mesure de surface communément utilisée dans les actes notariés, ou les ventes de propriétés diffusées dans les journaux au dix-neuvième siècle est l’arpent. C’était en effet une unité de mesure de superficie agraire dans la plupart des régions de France. Le mot est connu depuis l’Antiquité: Columelle, agronome latin au premier siècle de l’ère chrétienne, le cite en lui attribuant une origine gauloise. La mesure antique équivalait à 120 pieds au carré, soit 14 400 pieds carrés, ou encore 12,59 ares.

Voir Gallica

Sous l’Ancien régime, l’arpent représente toujours l’aire d’un carré de dix perches de côté, soit cent perches carrées. Mais on constate une variabilité des mesures selon les régions.

En outre-mer, la mesure a été conservée à l’île Maurice, selon les équivalences suivantes:

  • 1 pouce  : 2,54 cm
  • 1 pied : 30,48 cm
  • 1 yard  : 91,44 cm
  • 1 toise : 1,949 cm
  • 1 toise carré : 3.7986 mètres carrés
  • 1 perche : 5,0292 mètres
  • 1 perche carré : 25,2929 mètres carrés
  • 1 arpent : 58,47 mètres
  • 1 arpent carré = 3418,74 mètres carrés

Sources

  • LACHIVER, Marcel, Dictionnaire du monde rural, Fayard, Seconde édition, 2006
  • Répertoire méthodique de la série Cadastre – sous-série 3P- Archives départementales de La Réunion (introduction rédigée par Huguette Clain, Philippe Bénard, Mireille Robert et Isabelle Incana
  • MAS, Jean, Droit de propriété et paysage rural de l’île Bourbon, Thèse de Droit, Paris, 1971
  • Le Cadastre à La Réunion, Bulletin de la Régionale de l’APHG de La Réunion, numéro 9, juin 2002. Son auteur, ‡ Georges DUNOGUE, Géomètre Expert, n’avait pas alors souhaité faire apparaître son nom. Une partie du propos est repris et complété de documents dans:
  • SMIL, Yannick, Les spécificités du bornage à l’île de La Réunion et leurs origines, Mémoire ESGT- CNAM, juillet 2022

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Dominique Vandanjon-Herault (28 mars 2023). Aperçu sur les systèmes de mesure. Une sucrerie à Bel Air. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lwv2


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search