Les sols: à la recherche de la fertilité

La qualité du sol est un préalable indispensable à toute mise en culture. Ceux qui sont cultivés autour de la sucrerie de Bel Air sont des andosols fertiles, résultant d’une lente accumulation de matières organiques et minérales sur un substrat d’origine volcanique.

.

Les andosols et andosols perhydratés sont des sols assez jeunes formés sur des cendres volcaniques récentes. Ils n’évoluent pas vite à cause du climat frais et humide. Ils représentent plus de 57 % de la surface cultivée en canne à La Réunion.

Publication de la Chambre d’agriculture de La Réunion,  Guide de la Fertilisation Organique à La Réunion, P.F. Chabalier, V. van de Kerchove, H. Saint-Macary, avril 2006, 302 p., Chapitre 2

Ces deux photographies ont été prises à un kilomètre à peine de distance à vol d’oiseau, lieu-dit Terrain Fleury: la première, à gauche, dans la partie haute, permet de mesurer l’épaisse couche de sol fertile, étagée sur plus de deux mètres. La seconde, à droite, a été prise en bordure du lit majeur de la Rivière d’Abord. Le sol est réduit à une mince pellicule de quelques centimètres, reposant directement sur de gros blocs de basalte.

Il est clair que dès le début du dix-neuvième siècle, une utilisation rationnelle des sols s’opère: les terres les plus fertiles sont exclusivement dévolues à la culture: café, canne à sucre, et blé, en-dessous des 400 mètres d’altitude. En effet, jusqu’à la période d’engouement pour la canne à sucre, le quartier de Saint-Pierre s’est d’abord tourné vers les céréales, pour l’approvisionnement en pain de la colonie de Bourbon/La Réunion, et la fourniture de pain pour les navires de passage en rade :

Cette image est extraite d’un document conservé aux Archives Nationales d’Outre Mer, base Ulysse. Elle reproduit les plans pour la construction d’un moulin à vent à Saint-Pierre, pour moudre le blé et les céréales produites dans ce quartier, cité comme le grenier de toute la colonie:

Les montagnes dont l’âpreté semble s’accomoder avec le caractère des habitants du Gol, s’abaissent en pente douce jusqu’à la plage de la rivière d’Abord; c’est sous ce dernier nom que le quartier Saint-Pierre est généralement désigné. La plaine, comme dans les bas de Saint-Louis, y est couverte de blés, car la rivière d’Abord, réunie au Gol, est le grenier de l’île de France, où la plus grande partie de leurs grains sont exportés. Cette culture était plus importante autrefois qu’elle ne l’est aujourd’hui.

L’île de Bourbon approvisionnait alors nos escadres et nos établissements de l’Inde; le café ne se vendant que cinq sous la livre à la Compagnie des Indes, on trouva plus d’avantage à cultiver le blé que le caféier. Mais l’administration, qui avait promis de prendre à un prix déterminé, favorable à l’agriculture, , les blés qu’on apporterait aux magasins de l’État, ne tint point ses engagements; elle refusa souvent de payer le prix pour lequel elle avait contracté; de là des querelles entre les administrateurs et les administrés; l’exemple de l’immoralité, donné par le gouvernement, ne fit heureusement que décourager les colons de la rivière d’Abord. Ils se sont toujours fait remarqués par leur bonne foi et leur probité.

Auguste BILLIARD, Voyage aux colonies orientales, 1820. Réédité aux éditions ARS, Terres Créoles, collection Mascarin, 1990

Dès 1817, en effet, la frénésie du sucre s’est propagée dans le sud de l’île, à la suite des expériences menées dans l’ouest et le nord chez les Desbassyns. Les terres à blé et à café – celles-ci plus en altitude – se transforment en terres à cannes à sucre, et les premières sucreries apparaissent dans le paysage : elles sont au nombre de 22 dès 1834.

La forêt, surtout, qui s’étendait encore jusqu’aux pentes situées entre 500 et 900 mètres d’altitude, est défrichée au profit de la canne. Les vers du poète Auguste Lacaussade (1815-1897) – métis par sa mère – écrits en 1897, peuvent s’appliquer pour les forêts du sud, victimes de la spéculation née autour de l’industrialisation sucrière:

Qu’ont-ils fait de nos bois, qu’ont-ils fait de nos terres,
Ces défricheurs venus des plages étrangères,

Par un vent de malheur sur nos grèves jetés ?
Ne voulant voir en eux que des déshérités,
Notre île hospitalière accueillit leur détresse
En mère, et sur leurs deuils mesura sa tendresse.
Abritant leurs fronts las, de son ciel tiède et pur
Elle étendit sur eux la coupole d’azur ;
Sous leurs pieds écartant les épines jalouses,
Elle ouvrit le velours de ses molles pelouses,
Fit chanter, pour bercer leurs souvenirs amers,
Les oiseaux de ses bois et les flots de ses mers,
Et leur prouva par l’acte et non par la parole
La chaude loyauté de l’amitié créole.

Mais tes fils adoptifs ont trahi tes bontés.
Ils ont porté la mort dans tes champs dévastés.
Le froid amour de l’or éteignant dans leurs âmes
Le foyer virginal et noble aux belles flammes,
Ils ont privé ton ciel de ses peuples d’oiseaux,
Tes plaines de leurs fleurs, tes nymphes de leurs eaux 
Et, sapant tes forêts, ô ma mère ! leur glaive
Fit tomber de ton front ta chevelure d’ Ève.

Source:

Les bois détruits, Poèmes et Paysages, Alphonse Lemerre, éditeur, 1897, Poésies d’Auguste Lacaussade, tome 2 (p.63-70)

Lacaussade, comme Auguste Maillard avant lui, est témoin de l’érosion des sols, et de la perte de fertilité qui se produit, au bout de quelques années de culture de la canne. C’est l’un des motifs de la ruine de certains propriétaires – on dit aussi Habitants – spéculateurs peu au fait de pratiques agronomiques. La dynastie K/veguen s’entoure de personnel compétent, et pratique sur ses terres un amendement régulier, par exemple avec du guano importé du continent sud-américain, dans les champs proches du littoral. En hauteur, comme au Tampon, l rotation des cultures est soigneusement pratiquée:

Voir l’animation en ligne

Cette pratique n’est possible que si le propriétaire dispose d’un domaine agricole suffisamment vaste, pour se permettre de soustraire des terres à la culture directe du précieux roseau. Cela explique la soif de terres qui animent Gabriel Le Coat de K/veguen et son fils, Denis-André, soucieux de disposer en permanence de la matière première pour alimenter les nombreuses sucreries.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Dominique Vandanjon-Herault (20 mai 2023). Les sols: à la recherche de la fertilité. Une sucrerie à Bel Air. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lwv4


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search