Bœufs “Moka”, Mules, Chevaux …

La photographie date de 1930, mais l’importation de boeusf dits Moka, en réalité des zébus en provenance de Madagascar, est ancienne.

Les animaux sont indispensables sur les domaines sucriers, ne disparaissant progressivement du paysage routier réunionnais que bien après la départementalisation de 1946

Recensement publié dans Annuaire colonial de l’ile de La Réunion- 1873

Les bœufs

Hippolyte Ch. N. Mortier, de Trévise, Boeuf malgache dessiné devant le pavillon de Monsieur Bourrayne, aux Casernes, 1861. Iconothèque historique de La Réunion, et ADR, 40 Fi 94

Les bœufs sont importés de Madagascar de longue date. Cette activité a même fait partie des activités de négoce de la dynastie K/véguen, du temps du grand-père de Denis-André, le premier K/véguen arrivé sur l’île. Les employés malgaches savent s’y prendre avec cet animal de belle taille, plutôt docile et facile à conduire. On en voit deux ici, l’un passant une corde autour des cornes de l’animal, l’autre empêchant l’animal de reculer, à l’arrière. Le bœuf est surtout attelé aux charrettes de cannes. Utilisés aux tout débuts de la mise en sucre de l’île, ils ont vite été remplacés par des mules, importées.

Les mules

Celles-ci arrivent dans l’île dans la première moitié du dix-neuvième siècle. Elles sont utilisées de trois manières:

  • faire tourner le moulin à manège: dans ce cas, elles sont attachées aux bras du manège par paire, et un esclave- avant 1848, ou un affranchi, après l’abolition, les fait avancer au petit trot. Moins puissantes que des bœufs, les mules sont plus rapides, et appréciées à ce titre dans le fonctionnement des manèges. Pour protéger ceux-ci, une petite rotonde est construite, protégeant les animaux, le personnel, et l’appareil.
  • convoyer les chargement de cannes vers la sucrerie, ou les magasins, à Saint-Pierre. C’est ce qui explique leur nombre si élevé dans la statistique de 1873, citée en exemple.
  • conduire les petits véhicules de propriétaires sur les routes.

Les mules représentent un investissement conséquent pour les propriétaires: elles sont en effet importées soit du Poitou, soit de Buenos Ayres, en Argentine. En outre, il faut les nourrir, et dans leur alimentation une place considérable est faite au Gram, cette farine de pois chiches importée en grande quantité par la colonie de Bourbon/La Réunion.

L’ancienne écurie, dont la construction remonte sans doute au milieu du dix neuvième siècle, soigneusement entretenue depuis, existe toujours, dansu ne propriété privée, le long du chemin Kerveguen, en amont de l’ancienne sucrerie.

Les chevaux

Hippolyte Ch. N. Mortier, de Trévise, Mamselle, dessin réalisé en 1866. ADR, 40 Fi 108

Les chevaux sont un des éléments du capital de l’Établissement. Ils constituent un élément de prestige pour les propriétaires, qui font venir des étalons à grands frais dans l’île. Certains propriétaires parviennent à faire se reproduire chevaux et mulets sur place; le comte Blainville Choppy, voisin et ami de la famille K/véguen, est fier de montrer son écurie de Grands Bois à un visiteur mauricien de passage dans l’île en 1888, Alphonse Gaud, qui se fait surnommer familièrement Pooka:

La sellerie est une merveille de propreté. A l’écurie, nous remarquons des chevaux magnifiques, dignes de rivaliser avec les plus beaux chevaux australiens. Ils sont nés sur la propriété. Des mules passent, grasses, superbes; ces bêtes sont encore nées chez moi, nous dit M. Choppy.

Pooka, Choses de Bourbon, Chroniques d’un voyage à La Réunion en 1888 par un franco-mauricien, Alphonse Gaud, réédité par Académie de La Réunion, Orphie, 2016

On sait que sur la propriété du Tampon, travaillaient en 1877 deux bourreliers, deux charrons, deux maréchaux-ferrants et deux forgerons. Le témoignage de Monsieur Georges Avril, dont les parents ont racheté le domaine au début du vingtième siècle, atteste de la persistance de ces métiers, et des équipements qui vont avec. Peut-on raisonnablement en déduire que, à Bel Air également, chevaux et mules étaient élevés?


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Dominique Vandanjon-Herault (20 juin 2023). Bœufs “Moka”, Mules, Chevaux … Une sucrerie à Bel Air. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lwv7


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search