Paiements et salaires: gérer la pénurie

Cette image est extraite d’un dessin du peintre et lithographe Adolphe Martial Potémont (Paris, 1827- Paris, 1883), qui sejourne une dizaine d’années à La Réunion, entre 1847 et 1857. Il publie alors régulièrement dans La Lanterne magique, un journal satirique paraissant depuis octobre 1848, au moment de l’abolition de l’esclavage, sous la direction de son fondateur, Victor Grenier.

Le plus intéressant dans cette caricature ayant paru dans le numéro 4, est la transcription des commentaires supposés de ce nouveau citoyen de 1848 à sa compagne, alors que tous deux écoutent un discours du commissaire de la République, Sarda Garriga, que les Noirs surnomment affectueusement “Papa Sarda”- Sarda Garriga usant d’un langage volontiers paternaliste- :

“Oui mes enfants ! Il faut que votre travail soit rétribué, mais ne demandez pas aux propriétaires du sol un trop grand sacrifice, ne leur demandez pas plus d’une piastre !

” – Vous y entens y dit a nous pas prend ein piastre

” – Et n’écoutez pas ceux qui vous offrent 4 à 5 piastres, car ceux-là veulent vous tromper.

” – Ah ! Vous y voë, y dit a nous prend 4 ou 5 piastres !!! Vive Papa ! vive le roi ! …

Estampe de A. M. Potémont, La Lanterne magique n°4, Archives départementales de La Réunion, 2Fi 50.3
Iconothèque historique de l’océan Indien

Ce dialogue satirique alterne les consignes de sobriété dans la demande salariale, aux interprétations complètement inversées du nouvel affranchi. Dont Potémont moque également le peu de culture politique, puisque notre homme se croit toujours sous la monarchie de Juillet, alors que l’annonce de la naissance de la Deuxième République était parvenue dans l’île depuis le 28 mai 1848. En effet, les nouveaux affranchis sont devenus, de facto, des électeurs, et la colonie doit envoyer prochainement à l’Assemblée nationale deux députés.

1. De maigres salaires

Estampe de A. M. Potémont, La Lanterne magique n°6, Archives départementales de La Réunion, 2Fi 50.4
Iconothèque historique de l’océan Indien

Cette autre caricature, parue cette fois dans le numéro 6, relate le dialogue suivant:

Je te donnerai deux piastres par mois, je te nourrirai, je t’habillerai, je te soignerai, je t’ enterrerai.

Ah ! Comment vous y dit ? Vous va enterr’ a moin, M’sié ? Vous l’est vié, vous va mort avant moin.

Imbécile ! … d’après l’article 9 … je te dis que je t’enterrerai.

Estampe, Iconothèque historique de l’océan Indien, ADR, 2Fi 50

Les monnaies en circulation en 1879, au moment de l’application de la réforme monétaire visant à unifier la monnaie. Dès lors, seul le Franc est autorisé.

Un arrêté d’octobre 1848 prévoit que les nouveaux affranchis doivent obligatoirement contracter un engagement auprès de leur ancien propriétaire. Cette mesure est destinée à prévenir l’abandon du travail sur les plantations et le développement du vagabondage, délit sévèrement réprimé tout au long de la deuxième moitié du dix-neuvième siècle. Un livret rendra compte de ce contrat d’un genre pas si nouveau, puisqu’il ressemble furieusement au livret ouvrier en cours en France à la même époque.

Toujours est-il que les sommes énoncées dans ce dialogue sont faibles: Louis Simonin, dans son enquête de 1861 sur les moyens de subsistance d’une famille d’ouvriers de Saint-Paul – Observations préliminaires définissant la condition des divers membres de la famille- montre que le paiement du salaire de maçon, pour le mari, Julien, et celui de blanchisseuse pour sa femme, Célestine, suffit à peine aux besoins, pourtant fort modestes, de la maisonnée, qui compte aussi trois filles, âgées de 10 ans, 4 ans, et un an et demi. La maison est prêtée par le propriétaire, et les vêtements sont fournis de même. La famille ne possède que les instruments de travail: outils de maçon, et ustensiles pour le blanchissage du linge. L’unique table de la maisonnette de quelques mètres carrés sert au repassage. La valeur de ces outils est notée par Simonin à 48, 50 F. La cabane habitée par le couple et ses enfants ayant elle une valeur estimée à 600 F. La balance annuelle des revenus et dépenses s’établit finalement à :

  • 1305, 25 F de recettes
  • 1302, 85 F de dépenses

On le voit, les ouvriers sont des prolétaires, et pour peu qu’ils se réfugient dans l’alcool, cet équilibre financier précaire est facilement détruit, et plonge les individus dans une misère profonde.

2. La pénurie de numéraire

Mais le vrai problème, pour les propriétaires, est le manque cruel de numéraire au moment de ce tournant capital entre un ancien fonctionnement économique fondé sur le travail d’esclaves non rémunérés – mais logés, et nourris, tant bien que mal -, et le nouveau système économique, que les historiens nomment engagisme, fondé sur un travail contraint, faiblement rémunéré, mais assorti d’obligations patronales comme indiqué dans le dialogue ci-dessus, non sans rappeler les anciens articles sur les obligations des maîtres du Code de 1723.

En effet, non seulement depuis longtemps les colons se plaignent de la faible quantité de monnaie en circulation dans l’île, tout comme dans les autres colonies au demeurant, ce qui pénalise le mouvement de leurs affaires, mais leur ôte aussi toute sérénité dans la question de la rétribution de leurs futurs engagés.

Estampe de A.M. Potémont, parue dans le numéro 3 de La Lanterne magique, ADR 50 Fi.2

Iconothèque historique de l’océan Indien

La question controversée des indemnités inquiète les colons propriétaires: 126 millions de francs or sont prévus sous forme de versement immédiat en numéraire (6 millions) et de rente annuelle de 6 millions sur 20 ans, selon des montants différents pour chaque colonie. Mais cette masse monétaire ne parvient dans les colonies, notamment à La Réunion, que deux ans plus tard. Il faut donc disposer d’une trésorerie conséquente, afin de procéder aux paiements des travailleurs.

Il est clair que seule une minorité de riches planteurs et industriels dispose de ces moyens de paiement. C’est le cas de la famille K/véguen.

3. Des moyens de paiement diversifiés

Pour autant, mobiliser le capital sous forme de monnaie sonnante et trébuchante – la seule acceptée dorénavant par les travailleurs, même si dès 1865, le chèque fait son apparition sous le Second Empire – est chose ardue; une bonne partie des avoirs est immobilisée sous forme de bâtiments- les sucreries, les distilleries des Casernes, plus tard celle de Quartier Français, de matériel industriel, de prêts aux autres propriétaires, ou encore d’actions dans des entreprises nationales.

Bref, payer un personnel en quantité croissante est chose quasi impossible. Aussi, en 1859, Gabriel Le Coat de K/véguen a l’ingénieuse idée de racheter un stock de pièces autrichiennes de 20 kreuzers, récemment démonétisées, et de les mettre en circulation dans la colonie, après avoir obtenu l’aval du Gouverneur Rodolphe-Augustin Darricau (créole né à Saint-Denis en 1807) , de l’assemblée locale, et de l’État, via le ministère de la marine.

Le diamètre réel des pièces est de 27 mm. Certaines pièces, frappées d’un K pour K/véguen, devenues très rares dans l’île, font le bonheur des collectionneurs. Un exemplaire est conservé au musée du bon roi Louis, à Saint-Philippe.

Les domestiques, les engagés, les cultivateurs, comme on appelle à présent les travailleurs de la terre, les ouvriers des usines, tous sont payés avec ces pièces usées, dont la teneur initiale en argent de un peu plus de 6 grammes était tombée en-dessous des 4,50 g du franc germinal, répandu sous le Premier Empire. Les autorités acceptent que ces pièces circulent au cours forcé de 1 Franc.

Il faut rappeler que ce type de manipulation n’est pas chose nouvelle: quelques années auparavant, d’autres grands propriétaires, dont les Desbassyns, siégeant en assemblée locale, avaient procédé de la même manière pour des piastres espagnoles démonétisées, circulant avec abondance dans la colonie, à leur plus grand profit.

En 1879, au moment de l’application de la législation visant à unifier la monnaie en circulation sur tout le territoire de la Troisième République, le fils de Gabriel Le Coat de K/véguen, Denis-André, doit rembourser les 220 000 pièces introduites, ce qui crée une panique socio-financière sur place. Georges Imhaus (de son nom entier Jean Georges Charles Hubert Gérard – né à Aix la Chapelle en 1817, mort à Paris en 1888, à la suite d’un accident), envoyé à La Réunion en tant que trésorier payeur général pour faire appliquer le décret du 3 avril 1879, se heurte aux difficultés liées à cette décision, d’autant que toute la colonie est unanime, autorités locales et population laborieuse, pour récrier une application qui porte tort aux intérêts locaux, depuis dix-huit ans que cette monnaie circule sur place. Une sorte de circuit court pour une monnaie locale dépensée dans les cantines, nom donné aux buvettes, et dans les boutiques de proximité, considéré à cette époque comme un système vertueux, même si cela avait permis à la famille de K/véguen de rafler au passage la plus-value produite par le cours forcé de 1 Franc pour une valeur réelle de 0,86 centimes …

L’émoi est vif, et oblige Denis-André Le Coat de K/véguen de rédiger un mémoire pour la défense de ses intérêts, tout autant que du pouvoir d’achat de ses employés, à destination du Sénat. Au final, le remboursement sera effectué.

Estampe de A.M. Potémont, parue dans le numéro 7 de La Lanterne magique, ADR 50 Fi.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Dominique Vandanjon-Herault (12 juillet 2023). Paiements et salaires: gérer la pénurie. Une sucrerie à Bel Air. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lwv9


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search