Jules Bertaut, habitant et propriétaire foncier

Marie, Jules Bertaut, citoyen du Tampon, connut un curieux parcours  de vie. Issu d’une union mixte, entre une jeune affranchie, et le fils d’un propriétaire terrien, il a sans doute dû affronter les pesanteurs sociales de son époque, avant de recevoir les honneurs à la fin de sa vie.

Ce qui nous intéresse ici, dans ce carnet de recherches dédié à la sucrerie de Bel Air, c’est son rôle au moment de la disparition de la grande latifundia du sud ayant appartenu aux héritiers de la dynastie Le Coat de K/véguen. Ce rôle fut découvert incidemment au moment d’une collecte de récits de vie oraux, initiés par feu le Professeur d’Université Sudel Fuma, en 1985.

Jules Bertaut, 1856-1929. Photographie aimablement communiquée par Monsieur Enis Rockel.

Un témoignage contemporain le décrit ainsi:

Un homme impressionnant, mais néanmoins sociable, très actif, et courtois.

Témoignage oral de feue Mme Hoarau, une héritière de Jules Bertaut

Une enfance marquée par l’illégitimité

Le nom de Jules Bertaut est connu dans la Commune du Tampon: une rue porte son nom, longeant l’emplacement d’une propriété qui fut la sienne.

Le personnage est connu aussi pour avoir aidé en 1910 un curé farouchement opposé à Robert Le Coat de K/véguen, le Père Rognard, à dispose d’un terrain pour l’emplacement de la nouvelle église du Tampon, dont le chantier de construction démarre alors. 

 Pour autant, Jules Bertaut reste une personnalité un peu mystérieuse. Cela commence par sa naissance, à Saint-Pierre le 18 septembre 1856. Marie, Jules est le  6e enfant de Marie Cordier, cultivatrice à la Ravine des Cabris, et son deuxième petit garçon. La naissance est déclarée par la sage-femme, une vieille demoiselle de 70 ans, expérimentée, Hélène Flahaut. 

ANOM, Naissances Saint-Pierre, 1856, Acte n°417

Quel patronyme est accordé au nouveau-né? 

Celui de sa mère, Cordier. Car le petit Jules est un enfant né hors mariage, illégitime, disait-on de manière très prude.

Marie, Jules Cordier, voit donc le jour dans un monde compliqué, arc-bouté sur des principes de hiérarchie sociale bien ancrés. Quel chemin suit le petit Cordier, pour devenir entre les dernières décennies du 19e siècle et le début du 20e siècle Monsieur Jules Bertaut, un homme à la carrure impressionnante, respectable et respecté de ses contemporains, au point de se voir décerner le titre de Chevalier de la Légion d’Honneur  en 1927, deux ans avant sa mort ?

1.1. La lignée maternelle

Du côté maternel, la mère- Marie Cordier – et la grand-mère de Jules – Luce Cordier –  sont des affranchies. Marie a été affranchie par Nicolas Bréon, dès 1833, deux ans après sa naissance. En même temps que sa mère? Pour que la petite famille puisse vivre, Luce, née en 1808, déclare 6 esclaves lui appartenant au moment de la grande abolition française de 1848:

  • Céleste Baflot, une malgache de 42 ans
  • Julie Baflize, une cafrine de 36 ans
  • Joseph Baflize, 6 ans, le fils de Julie
  • Jules Baflize, 4 ans, le second fils de Julie
  • Pierre-Jean Baflot, 16 ans, le fils de Céleste
  • Pierre Noël, 17 ans, créole, décédé en 1847. 

Deux femmes adultes, un adolescent et deux enfants jeunes, il n’y a là pas de quoi faire fructifier un grand terrain d’exploitation. Peut-être une maison, avec jardin de légumes et quelques arbres fruitiers? Sont-ils encore à la maison au moment de la naissance de Jules ?

On ne sait. A noter cependant que Julie Baflize épouse en 1852 un certain Fortuné Suacot, aïeul du célèbre Joseph Suacot, né le 25 septembre 1919 à Petite île, et surnommé la “Panthère noire” pour ses glorieux faits d’armes au moment de la guerre d’Indochine (de 1946 à 1954). Julie et Fortuné donne le jour à deux autres garçons, après l’abolition de l’esclavage: Alexandre, né libre en 1848, et Jean-Baptiste, né en 1850.

Photographie issue d’une collection privée, aimablement communiquée par Monsieur Enis Rockel

Tout ce petit monde habite Ravine des Cabris, où plusieurs petits, moyens et grands propriétaires cultivent, ou plutôt font cultiver, leurs terres.

Au sommet de cette hiérarchie de possédants, Gabriel Le Coat de K/véguen, à l’affût de la moindre vente à l’encan ou succession susceptible de lui fournir des terres à cannes pour alimenter sa douzaine de sucreries réparties dans le sud de l’île. Mais bien d’autres familles sont installées entre Ravine des Cabris, Ravine Blanche, Trois Mares, et rive droite de la Rivière d’Abord: Pierre Aube, né en 1779, qui vient de vendre en 1847 son habitation de la Ravine Blanche à Gabriel de K/véguen pour “besoin de liquidités”, avec les 24 esclaves qui sont attachés à la propriété, les Burel, Boulanger, Bertaut, Cadet, Choppy  (Alexandre possède une habitation dans le secteur avec près de 80 esclaves ), Herbecq, Merlo, Robin, Reilhac, … Au bas de l’échelle sociale, une foule d’anciens affranchis, de cultivateurs, d’ouvriers agricoles, dont les Cordier.

1.2. La lignée paternelle: de la piraterie à la plantation

Du côté paternel, les Bertaut sont installés dans l’île depuis longtemps. L’aïeul, Jérémie Bertaut, est né vers 1691 dans les îles Jersey. Ayant débarqué à l’île Bourbon, il y épouse Marie-Anne Boucher (1701-1775), à Saint-Paul. Par cette alliance, la descendance Bertaut est apparentée à plusieurs grandes familles de notables, y compris les Dejean, dont le nom est associé au tracé du plan en damier à l’origine de la ville de Saint-Pierre.

On trouve aussi un forban, André Raux, originaire de Charente-maritime. Il est né à Muron, le 2 avril 1671, et débarque dans l’île le 18 décembre 1706, à l’âge de 35 ans. 

Le temps pour lui de placer dans l’achat de terres une petite somme gagnée à l’assaut des mers indiennes, et de prendre femme: son choix se porte sur Thérèse Duhal, de vingt ans sa cadette. Peu importe, de fait, les origines du capital investi dans la terre: il ne peut fructifier qu’à force de gestion bien entendue, et d’investissements relativement prudents. Il semble que cette attitude fut celle de la lignée Bertaut, qui parvint à doter ses filles et à établir ses garçons.

Les parents se marient enfin !

En 1870, après avoir religieusement donné un enfant quasiment tous les deux ans à son compagnon, Pierre Bertaut, de 1844 à 1869, soit au total 12 petits (3 garçons, et 9 filles), Marie, âgée de 39 ans, a le bonheur de donner sa tendre main à Pierre. Pour le meilleur et pour le pire.  La romance n’est peut-être plus au rendez-vous, en ce jour du 20 juillet 1870 . Marie est sans doute très fatiguée, à présent, après toutes ses grossesses.  Aucun membre de la famille de Pierre ne daigne se porter témoin à son mariage. Luce, la grand-mère maternelle de Jules, est bien présente. Le mariage est l’occasion de légitimer – enfin!- les douze enfants issus de cette union. L’aîné des garçons de Pierre et Marie, Pierre Julien,  a déjà vingt six ans. Jules, lui, va sur ses quatorze ans. Il se peut que ce soit le début d’un parcours de reconnaissance sociale pour la nichée, jusque-là considérée comme illégitime. A noter cependant que deux des sœurs aînées de Jules Bertaut sont déjà mariées au moment de l’union civile de leurs parents: Marie Scholastique a en effet épousé en 1862 Pierre Sénac Boulanger, et Marie-Clémentine s’est mariée le 28 décembre 1867, à Saint-Pierre, avec Jacques Deurveilher. Les sœurs entrent – ou restent? – dans le cercle assez étroit des petits et moyens propriétaires . 

Archives Nationales de l’outre-mer, Registre d’état-civil de la Commune de Saint-Pierre de la Réunion, acte de mariage n°68

Hôtel de ville de Saint-Pierre, avant 1885, Photographie offerte par le gouverneur Cuinier. Image libre de droits

Une éducation publique ou privée ?

Des petites classes au Brevet

Difficile de savoir où le jeune Jules a bien pu faire sa formation scolaire. A l’âge où il peut fréquenter l’école, existe à Saint-Pierre un établissement lasallien, qui a réouvert ses portes depuis 1843. Cette école privée est bien mieux cotée que l’école publique, car les Frères des écoles chrétiennes passent pour appliquer une stricte et efficace pédagogie . Cependant, à la ravine des Cabris, existe aussi une petite école, qui sera dirigée, en 1870, par Dominique Choppy. A cette date, Jules est déjà collégien?

Saint-Pierre s’enorgueillit d’un établissement d’enseignement secondaire, sous la direction de Désiré Barquisseau en 1877. Celui-ci l’a rachetée à la famille Choppy ; mais pour passer le Brevet élémentaire, il faut aller à Saint-Denis: s’y faire loger, se rendre sur le lieu des examens. Jules a-t-il franchi cette étape? A-t-il poursuivi à Saint-Denis au collège impérial? Est-il resté à Saint-Pierre? Il est probable, sans doute, que l’éducation de Jules, comme celle de son frère aîné, Pierre Julien, né en 1844, a été scrutée avec attention. Après tout, leur père, Pierre Bertaut, est devenu l’héritier des biens fonciers légués par le grand-père Bertaut, mort en 1865. A leur tour, les garçons de Marie et de Pierre II (nous l’appellerons ainsi, pour le distinguer du grand-père- 1793-1865, époux de Louise Marie-Anne Dejean, 1794-1847), deviendront héritiers d’un ensemble assez vaste, composé de caféiers, la culture essentielle du secteur: le quartier étant à cette époque le plus grand centre de production de café dans l’île, ayant eu la sagesse de cultiver toutes sortes de variétés. En 1870, la Ravine-des-Cabris produit près de 400 tonnes de café. Le lieu dit “Moulin à café” témoigne de cette période prospère.

Les soeurs de Jules

Pour les filles, à Saint-Pierre, existe l’établissement tenu par les Sœurs de Saint-Joseph de Cluny, dans laquelle les jeunes filles apprennent les bases de la grammaire, de la langue française, un peu de calcul, de l’histoire et de la géographie, et surtout la morale, et quelques arts d’agrément, afin de devenir de bonnes épouses, sachant tenir une maison avec économie. Le tout dans le respect de la foi, et des hiérarchies, sociale et conjugale. Six au moins des sœurs de Jules Bertaut contractent par la suite des unions de manière très traditionnelle, en s’alliant à des familles de propriétaires du sud: Badré, Dachery, et même Pignolet de Fresnes pour Marie-Clémence, mariée au Tampon le 18 janvier 1894. Cependant, Saint-Pierre ville, c’est un peu loin pour un trajet quotidien des demoiselles : il y a un internat chez les sœurs. Là encore, mystère, on ne sait.

Les débuts de la fortune

A la mort de son père, en 1897, Jules hérite de la fortune familiale, avec son frère aîné, Pierre-Julien. Des terres à cannes, à maïs, à café et à fourrage. Il a eu le malheur de perdre auparavant son plus jeune frère, Henry, en 1892 – année épidémique- .

Les décès prématurés ne sont, hélas, pas rares dans l’entourage familial de Jules Bertaut. En 1883, il perd d’un coup, à quelques mois d’intervalle, sa mère, Marie, son oncle maternel, Jean-Baptiste, et sa grand-mère, Luce. Il se peut qu’il y eut cette année-là, une recrudescence de cas soit de variole, soit de paludisme, soit d’une tout autre maladie contagieuse et mortelle. C’est chose courante dans ces années d’après 1848, où le recrutement massif de travailleurs engagés venus d’Asie favorise l’introduction de maladies épidémiques contre lesquelles il n’est pas toujours facile de trouver une parade vaccinale.

Trois des huit enfants de son frère aîné, Pierre Julien, perdent la vie trop tôt: un bébé d’à peine un an, en 1895 le petit Adrien; Pierre-Félicien en 1902, à seulement 25 ans; et Julien, mort pour la France à la fin de la Première Guerre mondiale, en 1918. Julien a été victime des gaz, dans les tranchées au moment de la deuxième bataille de la Marne. Son nom figure sur la toute première plaque commémorative, apposée sur un des murs de l’église du Tampon:

Collection privée. Plaque apposée sur le mur ouest de l’église du Tampon. A la fin de la guerre, une véritable compétition pour commémorer les morts des combattants s’engage entre autorités laïques et le clergé local, dans un contexte d’application tardive et houleuse de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat (1905)

Julien tenait commerce au Tampon, vendant des tissus, du parfum, y compris la célèbre lotion Pompeïa:

La circulation monétaire restant toujours très difficile, même en ce début de vingtième siècle, la pratique de noter les créances dans un carnet, à la manière des boutiquiers chinois, permet de s’y retrouver. Parmi la clientèle de Julien Bertaut, en sus de la petite bourgeoisie locale, comme le beau-frère de Julien, Edouard Pignolet de Fresnes,on trouve  Jules Hermann, Paul Deltel, Montbel Fontaine; notons la créance de la mairie du Tampon (en réalité, le Tampon est encore, à cette date, section spéciale de la commune de Saint-Pierre) -109,60F- et la créance du curé Eugène Rognard, 3 F, une somme tout aussi modique que celles dues par les servantes, comme Félicia, ou les colons.

Même s’il a fallu doter les nombreuses sœurs Bertaut au moment de leurs mariages respectifs, la fortune semble avoir été suffisante pour assurer l’avenir des garçons survivants de la famille. Pas de sucrerie donc, ni d’établissement industriel, qui nécessitent de lourds capitaux, et dont la rentabilité est de moins en moins assurée pour les petites structures, dans le contexte de crise économique dès ces années-là: la concurrence du sucre de betterave, les méventes locales, l’obsolescence de beaucoup d’installations industrielles, accélèrent les faillites; nombre d’usines et de terrains sont rachetés par le Crédit foncier colonial, et en 1880, il ne reste déjà plus que 10 sucreries à Saint-Pierre-Le Tampon, moitié moins que vingt ans auparavant. Quelques années plus tard, ne subsistent plus que six sucreries (dont 4 appartenant à la dynastie K/véguen) !  Le Crédit foncier colonial, et la dynastie K/véguen, pilotée par l’héritier Denis-André associé à son beau-frère, le Duc de Trévise (jusqu’à la mort de celui-ci, en 1892), dominent le secteur. Si bien que la société sudiste est extrêmement hiérarchisée au tournant du 20e siècle : une aristocratie foncière essentiellement représentées par les héritiers K/véguen: Denis-André Le Coat de K/véguen, résidant sporadiquement dans l’île, en société avec son beau-frère, le duc de Trévise, qui disparaît en 1892, puis Robert, qui circule entre son château des Casernes, à Saint-Pierre, celui de Bel Air, au Tampon, la propriété de Quartier Français, et les salons et les centres d’affaires parisiens ou européens.

Le patrimoine tamponnais

Et justement, dès la fin des années 1890, le 10 octobre 1899 exactement, Jules Bertaut rachète des terrains mis en vente par la société Le Coat de K/véguen, notamment un très grand ensemble allant de la ravine Blanche vers Ravine des Cabris, et de la ligne Paradis jusqu’au-dessus des 400. Une autre portion, le “terrain Deheaulme” , au niveau de la ligne des Six Cents prolonge cet achat, longeant l’actuelle rue Jules Bertaut, allant jusqu’aux forêts d’altitude, – non pas jusqu’au sommet des montagnes, mais jusqu’à la limite domaniale, fixée au moment de l’arrêté de mise en colonisation de la Plaine des Cafres, en 1851- . Comme le père de Jules Bertaut, Pierre Bertaut, décède en 1897, est-ce que son second fils, Jules, qui a atteint l’âge de 41 ans, et une maturité suffisante dans la gestion de ses affaires, décide d’investir une partie de son héritage dans cet achat onéreux? Il l’a payé 130 000 F, comptant. Une forte somme pour l’époque. En outre, son plus jeune frère, Henry, n’est déjà plus de ce monde, disparu prématurément en 1892, et plusieurs de ses sœurs ont déjà été dotées.  A la mort de l’aînée de la fratrie, Pierre Julien, en 1912, Jules se retrouve seul à la tête du patrimoine foncier. Jules Bertaut revend ensuite, au fil du temps, par petits lots, des portions de terrain: par exemple, le 10 octobre 1919, Jules Bertaut revend à Barthélemy Malet une parcelle entre Ravine Blanche et Rivière d’Abord de 13 ares et 53 centiares pour une centaine de francs. La Société foncière Maurice-Réunion limited, après son achat partie à crédit des terres et propriétés K/véguen, Choppy et Crédit foncier colonial, ne procédera pas autrement.Par ailleurs, au tournant des années 1890-1900, c’est la ruée vers les Hauts du Tampon pour cultiver partout où faire se peut le précieux géranium, une variété appelée pelargonium odoratissimum (Jacob de Cordemoy), remplacée ensuite par géranium rosat. La hache coupe les gros bois endémiques, ce qui fait dire à François Berthier, dans l’ouvrage qu’il a consacré à  l’Histoire des plantes à parfum de l’île de la Réunion, Géranium, vanille, vétyver, ylang-ylang, (Somedex, 2017) :

Récolte dans un champ de géranium, Jean Legros, 1950-1960, IHOI

Comment imaginer aujourd’hui que le Tampon d’où partit le déferlement des défricheurs, était alors recouvert de magnifiques forêts primaires dont il ne subsiste que quelques lambeaux du côté de Notre-Dame de La Paix”.

Berthier reprend les propos inquiets de Jules Hermann, tirant la sonnette d’alarme dès le début du 20e siècle. Berthier continue:

Ce couvert forestier, ainsi que les vanilleries qui avaient prospéré dans cette région, fut sacrifié au géranium.”

Las, dans les années 1920-1921, les prix de vente du géranium s’effondrent, aggravant surtout les conditions de vie des journaliers et des petits planteurs. Une partie de la classe des notables du Tampon s’empare de l’émoi populaire pour la tourner vers une revendication qui tarabuste certains adjoints depuis un bon moment: le projet d’ériger la section du Tampon en commune à part entière. Jérôme Frogier, dans un texte publié en 2011 par l’Université de La Réunion, le formule ainsi:

La revendication séparatiste est donc l’expression de la part des notables tamponnais d’une aspiration au pouvoir. L’érection du Tampon en commune est le moyen pour ces notables de second rang (ils ne sont que conseillers municipaux et de plus ils sont minoritaires au sein du conseil municipal de Saint-Pierre ) d’accéder à des postes plus élevés (fonctions de maire et d’adjoints). “

Jérôme FROGER, La séparation du Tampon de Saint-Pierre : identité et intérêts d’une population des Hauts de La Réunion – fin XIXe siècle-1925, in Les Hauts de La Réunion, terres de tradition et d’avenir, sous la direction de Jean-Michel Jauze

Il n’empêche que le malaise social est bien réel, et alimente les deux épisodes de troubles du 3 avril 1921 et de septembre-octobre 1921. En avril, plusieurs dizaines de manifestants se sont rassemblés ligne des Six Cents pour protester contre la vie chère: le prix du riz a en effet augmenté, alors que le prix de vente du géranium a baissé. Cette première manifestation est dispersée par le maire, Jean-Pierre Fréjaville, aidé des forces de gendarmerie. Mais dès le mois de septembre, les choses vont plus loin: démission en bloc des conseillers municipaux du Tampon, sous la conduite de Frédéric Badré, sabotages divers, et projet de manifestation, cette fois devant la mairie de Saint-Pierre. Là encore, la menace d’intervention de la force publique met fin momentanément aux tentatives de troubles, mais le projet de constitution de la future commune finit par trouver un écho favorable au niveau des plus hautes autorités.

Quelle fut la position de Jules Bertaut sur cette question ? On peut imaginer que, comme sans doute beaucoup de Tamponnais, il était favorable à l’émancipation du Tampon de la tutelle saint-pierroise, ayant l’essentiel de ses terrains sur la future commune. Toujours est-il que Jules Bertaut semble gérer de façon durable son patrimoine forestier, et, partant, celui du Tampon: il possède les plus belles essences (Bois de natte, de benjoin, palmistes dits Roussel, mahots,  etc). A une époque où les services des Eaux et Forêts, inquiets des déboisements intempestifs qui s’accélèrent avec la mise en géranium des Hauts de la Côte sous le vent, s’efforcent de procéder au reboisement, il préserve ses forêts, tout en contribuant à l’installation de ses colons aux marges de son domaine foncier.

Il est certain aussi que les ravages de la grippe “espagnole”, entre fin mars et mai- juin 1920, ont dû contribuer à fragiliser l’économie locale, en enlevant prématurément un grand nombre de travailleurs de la terre. Le père Rognard indique dans ses mémoires 200 morts au moins, sur une population d’à peine 10 000 habitants. La même année, un cyclone rapide et violent dévaste les Hauts: un rapport de gendarmerie du 15 mai 1920 constate que « les caféiers, les géraniums et les cannes à sucre qui sont les principales ressources de la localité ont beaucoup souffert. Quelques bâtiments ont été endommagés notamment l’église dont la toiture a été en partie enlevée. Les 3/4 des paillotes ont eu la toiture enlevée laissant sans abri de nombreuses familles parmi lesquelles se trouvent beaucoup de malades ou convalescents de la grippe. Aucun accident de personne. Pas de dégât au casernement. » 

Même les plantations de haricots, de pommes de terre ont été détruites au moins pour un tiers. Jules Bertaut, homme de devoir et de décision, a certainement contribué au relèvement de l’économie agricole tamponnaise, et a dû certainement secourir d’une façon ou d’une autre un grand nombre de ses colons démunis soit par l’épidémie, soit par le cyclone. En tous les cas, son action ne passe pas inaperçue, et lui vaut, à un âge déjà avancé, un témoignage de reconnaissance national.

Le temps de la reconnaissance

Chevalier de la Légion d’Honneur

En 1928, décision est prise de conférer à Jules Bertaut le titre de Chevalier de la Légion d’honneur. Au motif des services rendus à la colonie, et à sa partie sud, dans le domaine agricole et forestier. A cet effet, il faut fournir un justificatif de naissance. L’affaire est délicate. Mais Jules, peut-être par l’intermédiaire de son neveu, le fils de Pierre Julien, Charles Frédéric Bertaut, fournit une attestation qui trace un trait définitif sur ses lointaines origines maternelles: l’illégitimité de sa naissance a disparu du scénario familial, et son père est déclaré époux de sa mère au moment de sa naissance. 

Tant mieux, au fond: les mentalités changent, la section spéciale du Tampon est devenue Commune à part entière, détachée de Saint-Pierre, depuis le mois de mai 1925, confirmant la victoire des couches moyennes de la société sur la vieille structure sociale héritée du dix-neuvième siècle, dominée par l’aristocratie foncière d’un Denis-André, puis d’un Robert Le Coat de Kerveguen. Les hiérarchies ne disparaissent pas pour autant: simplement, il s’est produit un glissement, en faveur des moyens propriétaires fonciers, qui tiennent désormais le haut du pavé municipal, et qui dominent une foule de plusieurs milliers de colons partiaires, sur une population qui atteint à peine les dix mille habitants: plus de 98% d’agriculteurs, en majorité petits propriétaires,  colons partiaires, ouvriers agricoles. Les propriétaires ne sont, eux, que quatorze en tout et pour tout au recensement de 1921.

Auparavant, dès 1901, Jules Bertaut  fait partie des notables du Tampon, puisqu’il figure sur la liste des jurés pour l’arrondissement sous le vent; présenté comme “Propriétaire aux Quatre-Cents”, il y côtoie deux cadres employés de K/véguen, aimé Lucien K/Anval, employé aux Casernes, à Saint-Pierre, et Lautret, employé à Bassin Martin. 

4.2. Une nouvelle église pour Le Tampon

Depuis le début de la prise de fonction du Père Rognard au Tampon, en 1907, un conflit aux multiples rebondissements oppose le nouveau curé de la paroisse au Comte Robert Le Coat de Kerveguen, qui se considère comme seul propriétaire, avec sa tante, la duchesse de Trévise, du terrain de la première église du Tampon, en amont de sa sucrerie de Bel Air, récemment fermée, au lieu-dit Terrain Fleury. Jules Bertaut consent à donner au curé Rognard un terrain, au niveau de la Ligne des Six Cents, au voisinage de sa propriété du Tampon. Dès 1910, démarre le chantier de construction  de la nouvelle église. Ce geste, au symbole très fort, confirme la lente translation du centre ville du Tampon de la rive gauche de la Rivière d’Abord vers le centre actuel. Jules Bertaut loue également au Père Rognard le terrain (où se trouvent aujourd’hui la gendarmerie du Tampon et un grand espace commercial) pour y installer la cure. C’est l’abandon du vieux presbytère primitif de Terrain Fleury, construit par le père Jaffus en 1854:

4.3. La revanche sociale: le Château des Casernes transplanté au Tampon

Lorsque Robert Le Coat de Kerveguen décide, en 1920, de quitter l’île de La Réunion en vendant d’un bloc l’ensemble de ses biens à la Société Foncière Maurice Réunion Limited (créée ad hoc, et qui rachète également les propriétés et les usines de son ami, le comte Choppy), plusieurs moyens propriétaires du sud sont sur le qui-vive. Pendant que les frères Avril achètent en 1922 le domaine de Bel Air, rive gauche de la Rivière d’Abord, allant de la Ligne des Quatre Cents jusqu’aux forêts et aux pâturages d’altitude de Notre Dame de La Paix, Jules Bertaut décide de racheter la maison des Casernes et de la transplanter au Tampon, chez lui, Ligne des Six-Cents, en plein nouveau centre ville, non loin de la nouvelle église : il envoie ses ouvriers démonter  pièce par pièce et planche à planche le magnifique bâtiment, un peu vieilli sans doute, et le remonter à l’identique, conservant la charpente en bois de fer, mais refaisant à neuf les planchers, les boiseries et le bardage avec le bois de natte de ses forêts de la Plaine des Cafres. 

Le château des Casernes en 1866, Aquarelle de Hippolyte Charles Napoléon Mortier, ADR, 40 FI 47

A moins que l’achat n’ait eu lieu quelques années auparavant, vers 1905, ou 1906, au moment où Robert s”installe préférentiellement au Tampon, dans la maison construite pour sa maîtresse du moment, Germaine Deverne. Du moins d’après les souvenirs conservés par feue Madame Raymonde Hoarau, sa nièce par alliance: 

J’ai connu Bertaut, qui avait d’ailleurs acheté avec Kerveguen d’immenses terres, jusqu’à Saint-Pierre. Cette maison dont je vous parle était le château des Kerveguen de Saint-Pierre, et avait été achetée par Monsieur Bertaut. Lequel l’avait fait démonter, en avait numéroté les pièces, puis fait remonter le tout au Tampon. C’est une maison qui a été transportée pièce par pièce! Et naturellement les parquets et le reste a été refait par lui-même après, car il avait une forêt de grands nattes, magnifique. (…)

C’était une grande varangue ouverte, très grande, aussi grande que çà, avec des colonnes, et une pièce de chaque côté; d’un côté, c’était le bureau de Monsieur Bertaut, de l’autre une petite chambre, je ne sais pas ce qu’il y avait dedans: de mon temps, c’était ma belle-mère, et sa soeur, qui habitaient les appartements de côté. Nous habitions, nous autres, l’étage. Il y avait – mon dieu- au moins vingt trois pièces! C’était une maison immense, plus grande que celle-là, qui n’est déjà pas petite! Elle avait des parquets de bois de natte, (…) En bas, c’était carrelé, avec des mosaïques rouges, grises et blanches; la varangue était garnie de plantes vertes (…) Il y  avait en bas une immense salle à manger, parce que tous les dimanche nous étions plus de vingt personnes autour de la table.

Jules Bertaut s’y installe, occupant une des tours de côté en guise de bureau pour payer chaque semaine ses nombreux colons. Pour la surveillance des propriétés, Jules Bertaut délègue des pouvoirs à un garde-champêtre:

Le garde-champêtre était un colon, en qui on avait plus de confiance. (…) Il avait mission de contrôler si le travail était fait; car les propriétaires étaient obligés de financer tous les samedis les colons, qui venaient chercher de l’argent pour vivoter pendant une semaine. Je dis vivoter parce qu’on leur donnait cela au compte-gouttes. Ils remboursaient cet argent sur les récoltes de cannes. Pour le maïs, ils faisaient le partage et on ne donnait rien. 

Ils donnaient sur la récolte, à l’usine. 

C’est donc le garde-champêtre qui disait, par exemple, que tel colon avait déjà gratté la moitié de son champ: on lui donnait alors tant. Nous retenions un intérêt là-dessus, à l’époque c’était neuf pour cent. Les calculs étaient faits au moment de la coupe.: s’il restait de l’argent à devoir au colon, on le lui donnait. S’il n’en restait pas, le colon était redevable sur la coupe suivante.

Jules Bertaut meurt en 1929, sans enfants. Quelle que fut sa notoriété, il n’en demeure pas moins un personnage somme toute assez représentatif de  la société bigarrée qui s’est construite sur l’île de La Réunion. Il réunit dans son histoire familiale toutes les contradictions, les frustrations, d’une société coloniale originale, mais aussi les espoirs, les engagements et les avancées tenaces d’une personnalité qui se démarque du lot commun. Il témoigne surtout des évolutions socio-économiques, voire politiques importantes entre le milieu du dix-neuvième siècle et les années qui suivent immédiatement la fin de la Première Guerre mondiale. On a coutume d’attribuer l’expression de “société de plantation” ou “société coloniale” à cette période. La vie de Jules montre en filigrane les porosités, les compromis et les subtilités des rapports sociaux.

Tout en restant une personne discrète, et d’une profonde humanité: le témoignage de feue Madame Raymonde Hoarau, ex-dame Venner, et demoiselle Hibon, qui l’a cotoyé dans ses deux dernières années, nous révèle un homme soucieux du devenir de ses neveux et nièces, qu’il recueille sous son toit, et à qui il fait donner une éducation rigoureuse. Le témoignage recueilli en 1987 auprès de cette aimable et sympathique tamponnaise a permis d’en savoir un tout petit peu plus sur ce personnage, qui fut l’un des membres éminent du premier conseil municipal du Tampon, en mai 1925, puisque le nouveau maire, Edgar Avril en fait son premier adjoint. 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Dominique Vandanjon-Herault (4 avril 2024). Jules Bertaut, habitant et propriétaire foncier. Une sucrerie à Bel Air. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5xg


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search