La mise en sucre du Tampon

Détail du dessin de l’usine du Tampon, Hippolyte Charles Napoléon Mortier de Trévise, 1861, Archives départementales de La Réunion, 40 FI

L’usine sucrière du Tampon fut construite parmi les toutes premières de l’île, dès le début des années 1820.

L’île Bourbon/La Réunion s’est pourtant lancée tardivement dans la culture en grand de la canne à sucre; mais elle fait figure de pionnière dans l’industrialisation des sucreries.

Sous l’occupation anglais (1810-1815), quelques Habitants (propriétaires fonciers) entament des essais de production à grande échelle : François-Jospeh SAVARIAU au Bras des Chevrettes, Xavier BELLIER-MONTROSE à Bois-Rouge, puis Jean FLORANCE à Champ Borne, et Charles DESBASSAYNS au Chaudron. Ce dernier importe dans l’île la première machine à vapeur en 1817:

Cette machine sortie des ateliers de MM. Fawcett et Littledales à Liverpool est d’une exécution parfaite. Sa force est de 6 chevaux lorsqu’elle est chauffée au point convenable; le piston s’élève et s’abaisse de 70 à 80 fois par minute. Onze coups de piston répondent à un tour du cylindre supérieur du moulin à cannes d’où il suit que celui-ci fait à peu près 7 tours dans une minute et comme il passe à la fois 15 à 20 cannes entre les cylindres, on peut conclure que 130 cannes sont passées dans une minute…

La disposition des trois cylindres est parfaitement imaginée pour obvier à tous les inconvénients des anciens moulins à sucre; ici, il n’y a plus d’accidents à craindre pour les Noirs qui mettent les cannes au moulin

Mémoire sur les établissements de sucrerie de l’île de Bourbon (…) par l’ingénieur GAUDIN, 1822

On remarquera le souci de l’ingénieur, et sans doute du propriétaire de l’Habitation du Chaudron, de ménager la santé, et la vie des esclaves. Le contexte est à l’économie de la main d’oeuvre: depuis l’interdiction de la Traite en 1818, par une première loi française faisant suite aux déclarations faite au Congrès de Vienne de 1815, les propriétaires savent que les jours de l’esclavage sont comptés. Surtout, l’industrialisation demandera de plus en plus de main d’oeuvre qualifiée; cette option est quasi incompatible avec le maintien d’une main d’oeuvre servile, laquelle par définition ne cherche guère à s’impliquer dans le travail forcé.


L’ingénieur Joachim François Denis GAUDIN (Nantes, 1778-Salazie, 1836) est polytechnicien et est passé par l’Ecole des Ponts et Chaussées. En 1818, il est nommé à Pondichery, pour le compte du ministère de la marine et des Colonies. Pour s’y rendre, il doit faire escale à Bourbon, et là, il décide de rester, sans doute vivement poussé par les fils DESBASSAYNS. Ces derniers ont fait une partie de leurs études aux Etats-Unis, et se rendent compte que les temps changent. Place aux machines! Place à la vapeur!

Il est fort probable que l'usine du Tampon ait été rebâtie sur ce modèle, simple et compact
Plan de l’usine du Chaudron à trois corps de bâtiments accolés. Voir Portail du Musée de Villèle, Le Réunion

Cet essai de sucrerie alimentée par une machine à vapeur est concluant. Rapidement, la fièvre industrielle s’empare de l’île, la plaçant en position de précurseur devant l’île Maurice (qui continue de produire son sucre avec l’ancien système mis au point par le Père Labat aux Antilles), et les Antilles. Dès les années 1830, une bonne partie des terres basses de l’île se couvrent de sucreries industrielles, dans l’espoir, pour leurs propriétaires, de faire fortune rapidement.

Au Tampon, c’est Valfroi DEHEAULME qui se lance dans la construction d’une usine. Cependant, il est circonspect: certes, les terres des Hauts de l’île, entre 400 mètres et 800 mètres sont fertiles, et la canne y pousse bien, mais pour ce qui est de la sucrerie, il faut tenir compte de nombreuses contraintes: coût des machines, leur entretien, la formation des esclaves pour en faire des ouvriers qualifiés, et surtout, l’éloignement de la côte pour l’exportation du sucre. DEHEAULME, préférant investir plus près du littoral, revend dès 1832 sa sucrerie aux trois frères HOARAU, Vital, Furcy et Henri, ses voisins dans le secteur. Ces derniers se sont endettés lourdement pour l’achat de la sucrerie, dans un contexte de crise au cours des années 1830. Devant la nécessité de moderniser, déjà, l’équipement industriel, notamment en y intégrant des appareils de l’ingénieur WETZELL pour favoriser la cristallisation du sucre, ils s’empressent de revendre à leur tour l’usine, à bas prix ( 58 000 F.) à Gabriel Le Coat de K/veguen.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Dominique Vandanjon-Herault (11 avril 2022). La mise en sucre du Tampon. Une sucrerie à Bel Air. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lwul


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search