Des vestiges discrets

Vestiges sud de la sucrerie

Le point de départ de cette recherche est tout bonnement une indécrottable curiosité: en amont du parcours de santé de Bel Air, à proximité du quartier de La Pointe, subsistent quelques pans écroulés de trois murs, et, alentour, des bâtiments visiblement assez anciens, enchâssés dans des propriétés privées. A quel bâtiment pouvaient bien correspondre ces quelques restes de murs écroulés, dont certains présentent de curieuses ouvertures, de modeste dimension, carrées ou semi-circulaires? A quel ensemble rattacher ces vestiges discrets?

Le lieu-dit a conservé son nom d’autrefois, Bel-Air, et on y respire effectivement un air pur, à 400 mètres d’altitude au-dessus de l’océan Indien, entre deux ravines. La commune du Tampon a choisi d’installer un parcours sportif qui s’étale sur une étroite “pointe” de terrain entre rive gauche de la Rivière d’Abord, à quelques mètres à peine du lit de la rivière, et un petit affluent, la ravine “cimetière” – car longeant en amont le cimetière communal – , surcreusée au fil du temps par les cyclones.

De fait, peu de personnes, aujourd’hui, savent que le site, reboisé avec des arbres endémiques, abrita au 19e siècle une importante activité sucrière. Il y eut là une usine à double corps, avec ses nombreuses dépendances (écurie, hangar, logements du gardien, camps de travailleurs engagés, maison de maître.

Le camp d’engagés, sis en aval de l’actuelle coopérative de producteurs d’huiles essentielles de Bourbon, abrita jusqu’à près de 400 travailleurs en 1872.

Car la sucrerie de Bel Air voit le jour dès les débuts de la vague d’industrialisation qui touche l’île au début du dix-neuvième siècle. A la suite de l’importation de la première machine à vapeur par les frères Desbassyns, en 1817, les riches familles du sud de l’île se lancent dans le mouvement industriel : c’est le cas de Jean Valfroy Deheaulme, grand propriétaire foncier, qui prend l’initiative de créer cet établissement de sucrerie, sur la rive droite de la rivière d’Abord, à peu près en même temps qu’il fonde une scierie, elle aussi mue par la vapeur, du côté de Grand Tampon. Ces deux usines font donc partie des sept usines pionnières, créées dans le sud entre 1818 et 1821.

La sucrerie du Tampon ne cesse ses activités de production que vers 1902. Mais elle continue à réceptionner les cannes des secteurs de Petit Tampon, Grand Tampon, La Pointe et Bassin Martin, et le lieu-dit Ville Blanche au moins jusqu’à la deuxième Guerre mondiale.

Il est à noter que seules 3 % des 194 sucreries qui fonctionnèrent en même temps dans toute l’île passèrent le cap du début du vingtième siècle. 

L’établissement de Bel Air est resté une dizaine d’années seulement la propriété du sieur Deheaulme. Il revend l’usine dès 1834 à la famille Hoarau : trois frères associés, Valère, Vital et Fleury, se portent acquéreurs. Cependant, endettés à leur tour, les frères Hoarau ont du mal à surmonter la crise sucrière apparue vers 1830-1840 et revendent à leur tour la sucrerie, devenue vétuste, à Gabriel Le Coat de Kerveguen, en 1837. Les aléas climatiques, comme le puissant cyclone de 1836 y sont peut-être aussi pour quelque chose.

Le nouveau propriétaire n’attendait que cette occasion pour s’installer dans les belles et fertiles terres à cannes des hauts de Saint-Pierre, entre la ligne dite des Quatre Cents, et le chemin de la Plaine. La ligne des Quatre Cents était, à cette époque, la seule route qui desservait la partie haute de la commune de Saint-Pierre. Gabriel Le Coat de Kerveguen a bien compris tout le potentiel de développement de l’industrie sucrière dans cette partie de l’île : il se fait concéder par l’administration coloniale, dès 1834, une portion de terrain à proximité du lit de la rivière d’Abord, dans la zone sous contrôle domanial, juste en-dessous du chemin des Fourmis. 

 

Selon toute vraisemblance, Gabriel Le Coat de Kerveguen fait déplacer l’usine et la reconstruire en pierres, dans cette portion aval de la rivière, caillouteuse et impropre aux cultures, libérant ainsi toutes les terres en amont, plus fertiles, pour la canne. Car, à peine l’acte d’achat signé, le nouveau propriétaire loue aux frères Hoarau une cinquantaine d’esclaves, pour trois ans; c’est le délai nécessaire pour installer deux corps de bâtiments accolés, destinés à abriter du matériel moderne: une machine à vapeur plus puissante, un appareil dit “batterie Gimart”, destiné à remplacer l’ancien système de cuves à cuire et purifier le vesou – le jus de la canne à sucre – et un autre appareil pour accélérer la transformation du sucre proprement dit, dû à l’ingéniosité du polytechnicien Joseph Martial Wetzell, que les Desbassyns avait recruté dès 1829 pour améliorer et rentabiliser cette production industrielle.

Ces travaux ont porté leurs fruits, puisque dans la deuxième moitié du dix-neuvième siècle, le sucre produit au Tampon est régulièrement cité au titre des récompenses décernées à l’occasion des Expositions industrielles, à Paris, Marseille ou Bruxelles.

Toujours est-il que, aujourd’hui, la valeur patrimoniale du lieu commence à être reconnue. La commune du Tampon y a fait installer une dizaine de pancartes signalant les points les plus remarquables à l’attention des sportifs et des visiteurs occasionnels. Ce travail a été réalisé à partir des propositions faites par l’association des familles amies de Capeline (AFAC974). Les textes descriptifs sont proposés en français et en anglais, avec possibilité de se reporter par QR code à des traductions en allemand, espagnol, chinois et créole.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Dominique Vandanjon-Herault (9 mars 2022). Des vestiges discrets. Une sucrerie à Bel Air. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lwuh


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search