La santé dans le camp des engagés

Les questions sanitaires sont d’une importance cruciale, aussi bien pour le propriétaire de l’Etablissement (le nom usuel donné à l’usine), que pour les travailleurs eux-mêmes. Examinons le thème de la santé sous ces deux points de vue.

Une case à Grands Bois, sur le modèle des cases pour les engagés d’après 1848

1. La santé du point de vue du maître du Domaine sucrier

Avant l’épidémie de choléra de 1859, les travailleurs du Tampon sont soignés sur place, par des infirmiers désignés comme tels par le régisseur de l’Etablissement, au sein même du camp des engagés.

Le camp a été judicieusement placé, le long de la rive gauche de la Rivière d’usine proprement dite. Il a complètement disparu aujourd’hui mais une photographie aérienne de l’une des premières campagnes de prises de vue de l’IGN (Institut Géographique National) de1949 et 1950 permet de distinguer encore le tracé des ruelles en terre battue qui séparait chacune des petites cases de travailleur engagé.

On distingue le tracé sinueux de l’actuelle Ligne des Quatre Cents- pour quatre cents mètres d’altitude – et la route principale, dite Ligne des Six cents. Entre les deux, sur la partie nord-ouest de la photographie aérienne, on repère un quadrillage, vestige des parcelles de l’ancien camp des engagés.

La ravine est un important couloir de circulation éolien, au long de la planèze sud de l’île, sur la partir du massif volcanique de La Fournaise. Elle bénéficie d’un effet de Foehn, avec retransmission des vents alizés asséchés parès leur passage sur la côté est de l’île, la côte au vent. L’usine de Bel Air est située sur la côte osus le vent, mais en altitude. Les températures sont fraîches durant la période de l’hiver austral (de mai à novembre) et plus tempérées que sur la côte durant la période de l’été austral. Nombre de propriétaires privilégient cette disposition le long d’une ravine. On espère ainsi conjurer la propagation d’épidémies.

De plus, lors de leur arrivée à La Réunion, les passagers à bord des navires qui les ont amenés soit de la côte indienne, soit de la côte orientale africaine, soit de Madagascar ou des Comores, subissent une période d’isolement dans des lazarets. On sait qu’il y eut un lazaret à Saint-Pierre, mais son emplacement exact reste à préciser.

A l’issue de cette période d’isolement, ils sont acheminés vers les plantations ou les domaines sucriers, après vaccination anti-variolique. A titre d’exemple, voici la liste, incomplète, des produits médicamenteux jugés indispensables en 1861 par le docteur Villette, pour les lazarets et tous lieux d’isolement (Archives de La Réunion, Série 5M46 ). La liste comporte des produits considérés comme des matières premières: le médecin procède lui-même au mélange et aux dosages, adaptant la posologie à l’âge, au sexe, et aux circonstances.

  • Huile de Ricin : utilisée pour son action purgative
  • Extrait de Belladone : bien que toxique, la belladone possède une action antalgique à posologie adaptée.
  • Sirop et hydrochlorate de morphine
  • Sulfate de soude et de magnésie : action purgative.
  • Laudanum : en cas de diarrhées aigües.
  • Eau sédative de Raspail : à base d’ammoniaque, d’alcool camphré, de sel marin la solution a une action antipyrétique.
  • Racine d’Ipéca concassée et poudre d’Ipéca : action purgative.
  • Teinture de digitale : action dans les affections cardiaques.
  • Vin de Quinquina : action anti-pyrétique, anti-anémiante. A noter que ce produit fut couramment utilisé jusque dans les années 1960
  • Alcool de gentiane : action vermifuge.
  • Calomel : diurétique et purgatif.
  • Onguent mercuriel double : action antiseptique
  • Poudre de cantharides,
  • Cérat de Goulard,
  • Alun calciné
  • Teinture d’iode,

Sur les domaines, un médecin attitré vient régulièrement visiter les travailleurs. Sous la dynastie K/veguen, on sait que le beau-père de Denis-André Le Coat de K/veguen est médecin. François Césaire de Mahy, né à Saint-Pierre en 1841, devient médecin après des études d’abord dans l’île puis à Henri IV. Il est le frère de Marie Denise Adèle de Mahy, laquelle épouse en 1863 Denis-André Le Coat de K/veguen, héritier de la dynastie. Les fonctions de ministre de l’agriculture puis de ministre des colonies à partir de 1883 de François Césaire de Mahy, oblige les K/veguen à faire appel à d’autres médecins sur place. Il arrive même que les propriétaires soignent eux-mêmes leurs travailleurs en cas d’épidémie ou de maladie grave. Ainsi pour Robert Le Coat de K/veguen, diplômé en médecine en 1897.

2. La santé du point de vue des travailleurs

D’emblée, il faut préciser que le sex ratio entre hommes et femmes est extrêmement déséquilibré dans le camp. La population masculine domine très largement, car elle constitue la main d’oeuvre essentielle pour travailler dans l’usine. Cette population est avant tout victime d’accidents, soit dans l’usine, soit dans les champs.

Les accidents du travail ne sont pas rares: main broyée dans le moulin à cannes, brûlures et aveuglements auprès des foyers de la batterie Gimart ou liés à la machine à vapeur. Dans les cas graves, avant 1859, les travailleurs sont acheminés sur l’hôpital des Casernes, à Saint-Pierre. Après cette date, le site du Tampon dispose de son propre hôpital, puisque la nouvelle législation coloniale l’impose. Mais les infirmes et les travailleurs devenus aveugles sont hébergés à l’asile Saint Gabriel, d’après une enquête menée en 1877 figurant dans le rapport Miot-Goldsmidt. Dans ce rapport figure un plan de l’asile, que Jannick Fontaine, Docteur en géographie, a retranscrit ci-dessous:

Pour le moment, le mystère demeure quant à l’emplacement de cet asile: il existe bien à Saint-Pierre, rive gauche de la Rivière d’Abord, un lieu-dit ” L’Asile”, mais il ne subsiste sur place aucun bâtiment de cette dimension

Pour les blessures moins graves, et les pathologies du quotidien, nombre de travailleurs font appel à la pharmacopée traditionnelle, à partir de plantes trouvées dans la forêt toute proche, ou de plantes-remèdes transportées par les travailleurs engagés malgaches, cafres et africains, indiens: herbe à bouc, yapana, citronnelle, et même des variétés endémiques de quinquina, mussaenda landia, de la famille des rubiacées ou encore ochrosia borbonica, appelé localement bois jaune.

Ochrosia borbonica, famille des Apocynaceae
L’image provient du site APLAMEDOM, une association d’intérêt scientifique qui recense les plantes reconnues de la pharmacopée réunionnaise: https://aplamedom.org/bois-jaune/

Toujours est-il que ce sont les travailleurs, créoles, affranchis, engagés, et colons partiaires qui paient le plus lourd tribut à chaque épidémie (variole, choléra, grippe de 1919, dite espagnole ). Au vingtième siècle, c’est le paludisme, joint à la malnutrition pour les populations qui habitent dans les endroits les plus reculés, celle que l’on nomme usuellement “les Petits Blancs des Hauts”, jusqu’à son éradication officielle en 1979.

Pour ce qui concerne la santé des femmes, en particulier les risques liées à la naissance de leurs enfants, nous proposons d’y consacrer un autre article!


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Dominique Vandanjon-Herault (26 septembre 2022). La santé dans le camp des engagés. Une sucrerie à Bel Air. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lwur


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search