Vaccinations, variole et tétanos

Sandy COUSIN a soutenu une thèse en médecine en mars 2006, à l’Université de Bordeaux :

Les lazarets à La Réunion de 1860 à 1920: épidémies, médecins et pratique médicale… Quel intérêt sanitaire?

https://societe-mtsi.fr/wp-content/uploads/2021/07/These-Sandy-COUSIN-2016.pdf

A la page 47, elle propose une chronologie des épidémies de variole qui affectèrent l’île Bourbon/La Réunion depuis le dix-huitième siècle:

Antoine ROUSSIN, Album de La Réunion, Les lazarets de la Grande Chaloupe

1729 : La variole fut introduite par des esclaves débarqués à Saint Denis, avec l’arrivée de deux navires, le Bourbon et le Syrène, venant d’Inde. On dénombra plus de 1500 morts.

1758 : Une nouvelle épidémie de variole éclata à Saint-Paul, avec l’arrivée de 50 soldats en provenance de l’ile Maurice.

1827 : Cette fois, la variole fut introduite par les esclaves issus de la traite interlope. C’est au lazaret de la Petite-Ile, dirigé par les médecins Reydellet et Mérandon, que furent isolés les varioleux.

1850 : 18 varioleux en provenance d’inde et ayant transité par l’ile Maurice à bord du Constant furent admis au lazaret de la Ravine-à-Jacques. Huit décédèrent et aucun cas ne fut répertorié au sein de la population.

1851-1852 : Le navire le Sophie arriva en septembre 1851 de la côte orientale d’Afrique, avec un passager atteint d’une éruption pustuleuse. Suite à une fraude à la libre pratique, une violente épidémie éclata dans l’ile avec 1 413 décès parmi 9 617 personnes atteintes pour une population totale de 115 633 habitants.

1859 : Malgré une quarantaine effectuée à la Ravine-à-Jacques et un isolement au Sud de Saint- Denis, la variole fut importée par des immigrants en provenance du Mozambique : 170 cas furent répertoriés avec 70 décès.

1861 : Quelques cas de variole aux lazarets de la Grande-Chaloupe et de la Ravine-à-Jacques. 1862 : Des cas de variole furent observés à la Grande-Chaloupe chez des immigrants du Richelieu, en provenance de Pondichéry et de Karikal.

1867 : Du 26 au 29 août, une partie des membres de l’équipage de la corvette de guerre La Minerve fut internée au lazaret de la Grande-Chaloupe sous la surveillance du Docteur P. Bouvet. Vingt-six marins étaient touchés par la variole parmi les 72 débarqués. Un seul passager mourut au lazaret, atteint de la variole confluente noire. Il s’agissait du lieutenant de vaisseau Paul Guéry, chef d’état-major de la division navale des côtes orientales et africaines. Paul Guéry fut enterré dans l’enceinte même du lazaret, et une stèle funéraire y est toujours visible

Janvier 1877 : 21 jours de quarantaine imposés aux immigrants de l’Augustin au lazaret n°2 de la Grande-Chaloupe pour une patente brute précisant que des cas de variole avaient éclaté durant la traversée.” En juin de la même année, des cas de variole furent amenés par les immigrants de l’Augustin, en provenance de Pondichéry. La quarantaine fut effectuée au lazaret n°1, sous la surveillance du Docteur Vinson.

1891 : une quarantaine eut lieu pour deux passagers atteints d’une « variole modifiée » au lazaret de la Grande-Chaloupe, sous la surveillance du Docteur Legras.

Septembre 1894 : la famille Zéganadin, du camp Ozoux fut internée au Lazaret n°2 de la Grande-Chaloupe pour des cas de variole. La quarantaine fut effectuée sous la responsabilité du Docteur Legras.


1902 : on constata le décès au lazaret de la Grande-Chaloupe d’un passager atteint de la variole qui débarquait du paquebot français le Melbourne le 17/01/1902.

Caricature de GRIMAUD, portrait d’un engagé

Alexandre REYDELLET, 1793-1859, médecin vaccinateur

Ce médecin fut probablement celui qui contribua le plus utilement à l’éviction de la variole à La Réunion. Pendant trente ans, il se consacra à la vaccination des immigrants, et de la population, tant à Saint-Denis, où il fut nommé médecin vaccinateur à partir de 1825. Il travailla également aux différents lazarets, y compris celui de la Petite Ile à partir de 1827.

Recette populaire: un vaccin gramoune contre le tétanos

Cette recette est extraite d’un petit ouvrage mémoriel, qui avait été édité chez Azalées éditions en 1997, sous l’égide d’associations départementales impliquées dans l’accompagnement social. Voici le contenu de la recette par Mamie Francia:

On prenait quelques gros cancrelats que l’on faisait griller sur une plaque de tôle. Puis on faisait frire une grosse poignée de gingembre dans beaucoup d’huile. on broyait ensemble les cancrelats et le gingembre jusqu’à en faire une purée. On incisait légèrement la blessure sur laquelle on appliquait cette mixture peu ragoûtante. On renouvelait l’opération trois ou quatre fois en vingt-quatre heures et le blessé était sauvé. Chaque fois que j’ai appliqué cette méthode, le malade s’en est bien sorti.

Ile de La Réunion, 1920-1970, Pages d’Histoire réunionnaise, Mémoire et Témoignages, p. 131, Azalées éditions, 1997

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Dominique Vandanjon-Herault (28 septembre 2022). Vaccinations, variole et tétanos. Une sucrerie à Bel Air. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lwus


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search