Équipement industriel de la sucrerie: chaudière, machine à vapeur, et turbines

Vestige chaudière-Le Tampon

Les appareils à cuire dans le vide […] se composent en principe d’une chaudière cylindrique terminée par deux calottes hémisphériques. Le sirop est chargé vers 28° comme dans les Wetzell; il entre sans pression mécanique, grâce à la seule différence de pression, par un tuyau latéral, et reçoit la chaleur de la vapeur échappée des machines, qui circule dans un double fond ou un serpentin, et mieux dans les deux à la fois. La communication avec le condenseur se fait par le haut de la coupole; le déchargement a lieu à la partie inférieure, où un large trou est à volonté ouvert ou fermé par une soupape spéciale »

Bulletin de la Chambre d’agriculture et des comices agricoles de l’île de La Réunion, T. Lahuppe, Saint-Denis, 1869, cité dans l’article de Xavier Le Terrier, L’industrie sucrière de la seconde moitié du XIXe siècle à la Réunion : le refus de l’innovation .
Revue Historique de l’océan Indien, Association historique internationale de l’océan Indien, 2006, Science, techniques et technologies dans l’océan Indien : XVIIe-XXIe siècle, pp.101-109
.

Cette description permet de reconnaître ce vestige de 11 mètres de long, et 1,35 mètre de diamètre, pour une chaudière provenant de l’ancienne sucrerie de Bel air. Elle a été déplacée de son site d’origine, 200 mètres en aval de son emplacement actuel, pour être transformée en réserve d’eau sur une propriété privée.

Reconstitution par J. Fontaine, après prises de vues sur site en octobre 2022

Aucune marque de fabricant ne subsiste sur cette impressionnante réalisation. On sait cependant que les chaudières Derosne et Cail étaient commercialisées dès le milieu du 19e siècle à La Réunion, grâce à des relais actifs sur place, faisant paraître des annonces publicitaires dans les journaux locaux, comme par exemple Le journal du Commerce:

Journal du Commerce, mars 1861

Mais on sait aussi que des établissements de forge et de fonderie ont existé: c’est le cas à Saint-Pierre, du côté de Basse-Terre semble-t-il. Il est possible que les 11 éléments ayant servie à la construction de cette chaudière, et les solides rivets qui les ajustent les uns aux autres, aient été élaborés sur place ?

La chaudière est reliée à un réservoir, et à des conduites, pour amener l’eau et faire circuler la vapeur.

L’ensemble fait partie du dispositif, adapté des sucreries betteravières – et vice-versa-, pour la fabrication du sucre à partir du jus initial – le vesou- et à la suite des processus de clarification, concentration et évaporation. Voici ce que dit l’industriel Emile HUGOT, lorsqu’il s’intéresse aux usines encore visibles dans le paysage réunionnais au début du vingtième siècle:

Située à 200 m. au-dessous de la ligne des 600, sur la rive gauche de la Rivière d’Abord, à 50 mètres de la rivière.

A dû fermer vers 1902 ou 1903.

C’était une sucrerie de 125 à 15 tonnes de cannes par jour. Elle avait des turbines centrifuges, une bascule: on dételait pour peser. Elle payait les cannes, en dernier lieu, à 17 Francs la tonne.

Elle possédait de grandes citernes d’eau, et appartenait à de Kervéguen. (Renseignements de Charles Isautier- 1952).

Cahier faisant partie du Fonds Hugot, conservé au musée Stella Matutina

La bascule mentionnée par Emile Hugot, d’après les renseignements fournis par Charles Isautier, grand fabricant de rhum dans le sud de l’île où la famille s’est implantée depuis le milieu du 19e siècle, a disparu aujourd’hui. Mais on sait par divers témoignages que les cannes étaient apportées par charrettes, tirées par des boeufs Moka, lesquels ont remplacé les mules au tournant du siècle. Les boeufs pouvaient se désaltérer à l’une des quatre citernes mentionnées dans les notes de notre industriel.

Quant à la machine à vapeur, elle fera l’objet d’un prochain article!



Citer ce billet
Dominique Vandanjon-Herault (2022, 6 décembre). Équipement industriel de la sucrerie: chaudière, machine à vapeur, et turbines. Une sucrerie à Bel Air. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://belair.hypotheses.org/732

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 02/01/2023

    […] Équipement industriel de la sucrerie : chaudière, machine à vapeur, et turbines, par Dominique Vandanjon-Herault, sur le Carnet Capeline Patrimoine ; […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search