L’indemnisation après l’abolition de l’esclavage de 1848

dans le sud de l’île de La Réunion

Carte réalisée par Jannick FONTAINE, Géographe, 2020, à partir des travaux de J.P. PLUCHON, et + Sudel FUMA

Entre 1840 et 1848 – date de l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises, soit treize années après l’abolition proclamée le 1er février 1835 dans l’île voisine, Maurice, sous domination anglaise – Gabriel Le Coat de K/véguen devient le plus important propriétaire d’esclaves de la colonie, possédant de façon directe ou indirecte environ 1538 esclaves, qui travaillent sur la dizaine d’établissements sucriers de ce grand propriétaire-industriel.

Ainsi, en 1848, est-il le plus important colon de tout l’outre-mer colonial français à percevoir des indemnités après l’abolition.

Avec 227 titres d’indemnisation (un titre pouvant concerner plusieurs esclaves), il perçoit environ 19 millions de francs, soit la deuxième place en tant que bénéficiaire derrière les banques coloniales, et la première en tant que propriétaire, bien lien devant les autres, réunionnais, martiniquais, guadeloupéens, et autres antillais ou malgaches. C’est à La Réunion que l’indemnité est la plus importante:

À la Réunion, 671,79F par esclave

À la Guadeloupe, 447,28F par esclave

À la Martinique, 409,98F par esclave

Au Sénégal, 315,15F par esclave 

À Sainte- Marie, 72F par esclave et Nosy Be, 69,93F par esclave. 

A noter que, à l’île Maurice, l’indemnisation avait été versée aux propriétaires deux ans avant la date exécutoire du 1er février 1835. Au total, les propriétaires ont perçu 1,2 million livres sterling, correspondant à environ 40% de la valeur initiale des esclaves. A l’île de La Réunion, l’indemnisation ne fut versée que tardivement, à partir de 1851, correspondant, comme à Maurice, à 40% de la valeur des esclaves, selon les calculs du temps.

Chronologie tirée du site REPAIRS

En réalité, comme le montre la chronologie ci-dessus, les propriétaires n’ont perçu qu’une fraction de cette indemnité, dans un premier temps, le reste des versements devant être effectué sous forme de rentes. En outre, une partie de la somme est allée directement alimenter les Banques coloniales. On comprend dès lors que les propriétaires les moins argentés n’aient pu se permettre d’attendre, faute de trésorerie disponible pour au moins deux ans. C’est pourquoi, beaucoup ont anticipé en vendant leurs bons à l’avance, avant 1848. Gabriel Le Coat de K/véguen disposait, lui, de trésorerie, avec l’aide de sa famille: ses frères, eux aussi propriétaires – Augustin, son frère cadet, et Denis François, son demi-frère -: il s’est porté acquéreur de nombreux titres, par la procédure dite des transferts, ou collocations, ou encore transports. Un grand nombre d’actes de mutations a donc réuni maints propriétaires dans les cabinets des notaires. A l’île Maurice, le fait que le gouvernement ait versé la somme indemnitaire avant l’abolition effective, ajouté à l’obligation pour les nouveaux affranchis de se mettre “en apprentissage” chez leurs anciens maîtres pour encore quatre ans. Le gouvernement britannique et les propriétaires des esclaves étaient parvenus à s’accorder sur ce nouveau système de travail appelé apprentissage, qui fut mis en oeuvre jusqu’en 1839.

Toujours est-il que, pour Gabriel Le Coat de K/véguen, et les autres grands propriétaires de l’île de La Réunion, comme les familles Choppy, Robin, De Villèle et Desbassyns, le nombre réel d’esclaves déclaré pour 1848 ne correspond pas exactement au nombre nécessaire pour les activités de production, et les activités domestiques.

Par ailleurs, on ne compte que 12 esclaves “marrons”, c’est-à-dire fugitifs, ce qui est fort peu. Depuis les lois de 1830 favorisant les affranchissements et assouplissant les peines du Code Noir pour délit de fuite, le marronnage a perdu de son importance.

Diaporama : Allégorie de l'abolition de l'esclavage à La Réunion, Tableau de Alphonse GARREAU, 1849

En Angleterre comme en France, les débats ont été vifs entre partisans d’une indemnisation des esclaves eux-mêmes, puisque les textes d’abolition reconnaissaient implicitement l’iniquité de leur condition antérieure, et le puissant groupe des colons et partisans de la propriété, fut-elle celle d’êtres humains. Victor Schoelcher, par exemple, était de ceux qui pensaient qu’il fallait d’abord songer à rendre leur dignité et les moyens de vivre décemment aux nouveaux affranchis, et donc, leur verser une indemnité. Ce point de vue, alors minoritaire, fut largement balayé par le désir impérieux de pourvoir avant tout à la prospérité économique et financière de ceux qui possédaient le capital.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Dominique Vandanjon-Herault (5 janvier 2023). L’indemnisation après l’abolition de l’esclavage de 1848. Une sucrerie à Bel Air. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lwuw


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search