Robert Le Coat de K/véguen

Né à Paris le 16 septembre 1875, Vincent Napoléon Marie Joseph Robert Le Coat de K/véguen est le deuxième fils de Denis-André Le Coat de K/véguen et d’Adèle de Mahy, la sœur du célèbre homme politique d’origine réunionnaise, François de Mahy. Le couple a déjà donné naissance à André Louis Marie Emmanuel, né le 28 juillet 1869 à Paris, et à Gabrielle Adélaïde Florence, née le 31 mai 1874. Sœur que Robert aura la douleur de perdre précocement, en 1901, alors qu’elle séjournait en Suisse, canton de Vaud, âgée seulement de 26 ans.

Le troisième dynaste d’une puissante famille

Robert est élevé dans l’hôtel du Faubourg Saint Honoré que ses parents occupent dans la capitale, 8e arrondissement.

Aujourd’hui, l’entreprise de luxe Hermès (LVMH) a acquis le numéro 26 de la rue du Faubourg Saint-Honoré, à côté du numéro 25, ancienne résidence familiale des K/véguen. Cette photographie est issue du site officiel de la Maison Hermès

Après un parcours scolaire au collège Stanislas, Notre-Dame des Champs, à Paris, il se lance dans des études de médecine, au cours desquelles il fréquente la jeunesse dorée issue de la colonie réunionnaise, entre autres le fils du sénateur Drouhet. En 1899, une querelle amoureuse oppose les deux fils de familles cossues, qui fit les joies de la presse à scandale parisienne et régionale. L’affaire se termina par un attentat au vitriol sur la personne de Robert, qui dut être hospitalisé à Paris en janvier 1900.

De retour à La Réunion, sa qualité de médecin amena Robert à assurer, par exemple, des permanences aux Thermes de Salazie. Au quotidien, pour les travailleurs engagés sur les établissements de la famille K/véguen, il délègue sans doute ses instructions à caractère médical à ses employés: ainsi, Charles Permal SITA-SAONI, né à Saint-Pierre en 1868 d’une mère indienne recrutée comme engagée, est infirmier auprès des travailleurs des usines du sud, au Tampon en particulier.

Cependant, il ne semble pas que Robert Le Coat de K/véguen ait ouvert un cabinet de médecine, au Tampon ou à Saint-Pierre : les Annuaires de l’île de La Réunion ne le mentionnent pas pour Saint-Pierre, où n’exercent que trois médecins, les docteurs Hoareau, Roussel et Isautier, pour 28 900 habitants dans la commune, les hauts du Tampon compris. Au reste, le personnel médical de la colonie de La Réunion est nettement insuffisant: en 1900, 8 médecins généralistes, 6 sage-femmes formées, 2 dentistes, 23 pharmaciens. Le tout pour 170 000 habitants, alors qu’une épidémie de peste peine à se terminer; elle a duré de 1899 à fin 1901… On comprend que la mortalité moyenne dans l’île ait pu atteindre les 24°/°°, essentiellement due au paludisme, apparu avec les courants d’immigration du demi-siècle précédent, et à la malnutrition.

Lors de l’épidémie de grippe dite “espagnole” qui frappe la Réunion en 1919, après le retour massif des soldats de la Première guerre mondiale, son nom n’est pas cité dans l’annuaire colonial parmi les médecins en titre exerçant dans la colonie. Celui de son cousin, par contre l’est. Hervé, le fils à présent âgé de son oncle, Denis-François, et de Adèle Ferrand, est connu pour avoir participé à l’organisation des secours à Saint-Denis:

Monsieur Hervé Le Coat de K/véguen plein d’activité et qui au fort de l’épidémie s’emploie sans souci de ses forces … à secourir tous ceux qu’il connaît et qu’il sait malades

Journal Le Progrès, mai 1919

Un parcours politique difficile

Fougueux, Robert Le Coat de K/véguen se lance dans la politique: il pense pouvoir bénéficier des voix de ses nombreux ouvriers et colons, dans une vision conservatrice de la société. Faisant partie de cette étroite aristocratie ilienne de puissants propriétaires fonciers, il a déjà œuvré activement pour défendre les intérêts des planteurs et des sucriers des colonies du temps du ministère Doumergue, pour les questions agricoles. Il a fait partie d’une délégation pour demander la représentation de ces intérêts coloniaux français en matière de sucres à la Commission permanente des sucres de Bruxelles. Il y côtoie son ami, le comte Charles Choppy, Bresson, qui est le représentant de la sucrerie du Gol en 1903, et Adrien Couturier, le directeur du Crédit foncier colonial. Adrien Couturier, au demeurant, est aussi délégué de la Chambre de Commerce et d’Agriculture de la Réunion au Comité consultatif des Colonies. Une femme, fait exceptionnel, représente les propriétaires de Mayotte: Madame de Faymoreau.

En 1903, Robert est membre de l’Union coloniale française, ce groupement publiant depuis 1896 une revue paraissant tous les quinze jours, sous la direction de Joseph Challey Bert, la Quinzaine coloniale.

En 1914, à l’occasion des élections législatives, Robert tient à représenter le courant conservateur, voire un tantinet royaliste, et se présente comme opposant au courant radical-socialiste, jusque-là fortement dominant. Le contexte est rude: les tensions s’exacerbent, entre le patronat agro-industriel, et les ouvriers, notamment ceux du Port, – lesquels étaient parvenus à fonder en 1902 un syndicat des ouvriers du chemin de fer; François de Mahy avait honoré de sa présence leur première réunion – ; leurs revendications sont relayées par un nouveau journal, Le Peuple, créé en 1908 par Victor Fourcade, avec le député républicain Lucien Gasparin comme directeur politique. Chaque élection locale, ou nationale, est l’occasion d’affrontements musclés, avec jets de galets et blessures féroces, lancés par des partisans largement abreuvés en rhum fraîchement distillé. Le comble est atteint en 1914 justement, lorsque Robert se présente contre Georges Boussenot, candidat à la députation dans la deuxième circonscription, autrement dit la zone sous-le-vent. Les affrontements deviennent extrêmement meurtriers: on dénombre 14 morts, et au moins 300 blessés. Robert est battu, après avoir été lui-même malmené physiquement pendant la campagne électorale. Cette défaite signe une rupture fondamentale entre une vision passéiste des rapports sociaux portée par le comte Le Coat de K/véguen, et une appropriation lente, mais efficace, de la vie politique par la masse des travailleurs, soutenue par le clergé local et une petite bourgeoisie de petits et moyens propriétaires, qui avait du mal, jusqu’au tournant du siècle, à faire prévaloir ses propres ambitions. Le comte pensait pouvoir s’appuyer, rien qu’au Tampon, sur plus d’une centaine de journaliers en période de récolte, ses ouvriers d’usine, ses employés administratifs, son personnel domestique… Avec cinq grands domaines dans le sud de l’île en 1914, il croyait disposer d’un réservoir suffisant de voix, en pleine période d’expansion du colonage : cette pratique de mettre à disposition des cultivateurs autrefois engagés, et des ouvriers, des parcelles de 1hectare, rarement 2 hectares, à charge de partager les fruits de la récolte au prorata de un tiers pour le patron, et deux tiers pour le colon, a été encouragée par le gouverneur Rodier, arrivé dans l’île en 1910. C’était là un moyen de préserver les grands domaines fonciers, véritables latifundia, tout en satisfaisant le besoin de sentir “chez soi” pour les agriculteurs, sans réduire la production.

Plus tard, Charles Isautier – 1917-1990 – analyse ainsi cette période pour le Mémorial de La Réunion:

la droite traditionnelle, en 1914, a perdu sa représentation à la Chambre des députés. une nouvelle politique commence pour la Réunion ( …)
(il y a) une prise de conscience populaire, et l’arrivée, dans l’arène politique, d’hommes nouveaux, issus de l’Instruction publique de la IIIe République

Mémorial de La Réunion, tome V, 1914-1939, Australes éditions, 1989; page 474

L’écart grandissant entre les visions politiques et sociales de l’héritier de la dynastie K/véguen et une partie de la population rurale, revenue des tranchées avec une culture syndicale plus aguerrie, soutenue par la classe moyenne des petits et moyens propriétaires, désireux de dépecer le grand domaine tamponnais est parfaitement illustré par la querelle épique entre le dernier curé ayant officié à la chapelle Saint Gabriel, entre 1907 et 1943, et Robert Le Coat de K/véguen, représenté par les gérants du domaine. Eugène Rognard- né à Annecy en 1878- , prend conscience, à son arrivée au presbytère du Tampon, de l’extrême dénuement et de la paupérisation de plus des deux tiers des quelques 8000 habitants de cette section, en voie de détachement de la commune de Saint-Pierre. Il prend fait et cause pour la défense des petits colons, et des petits propriétaires, qui s’estiment lésés les uns dans le maigre partage des fruits de leur labeur, les autres dans leur appétit d ‘expansion foncière. Il rejoint en cela le combat du curé des Avirons, Jean-Baptiste Bougard, lequel s’oppose lui aussi à la toute puissance des grands propriétaires fonciers, et édiles, de la commune. Ce long combat, ponctué de mesquineries, de violences verbales et physiques, de courriers entrecroisés qui à l’autorité épiscopale, qui aux autorités judiciaires, a été présenté dans l’ouvrage de Roger Théodora, Paroisse du Tampon : histoire de la nouvelle église : 1907-1924 / Eugène Rognard, Surya éd., 2011. L’auteur a établi son texte sur les notes prises par le père Rognard lui-même, fier d’avoir réussi à bâtir une nouvelle église, distante de quelques kilomètres à peine de la chapelle Saint Gabriel, mais totalement hors de l’emprise foncière, et donc du contrôle, du comte de K/véguen. Ce faisant, il modifie profondément la structure territoriale de la future commune – dont la naissance est actée en 1925 – en translatant son centre du quartier de Bel Air, rive gauche de la rivière d’Abord, vers la rive droite de ladite rivière, sur un espace déboisé qui connaîtra par la suite un rapide essor de sa population.

Un propriétaire à la présence intermittente

Depuis la fin de ses études, Robert avait fait plusieurs voyages entre l’Europe, et La Réunion. Ainsi est-il présent, en août 1898, pour les obsèques d’une grand-tante, Clélie Hoareau. Laquelle était aussi la cousine de François de Mahy. Les ramifications familiales sont parfois difficiles à suivre, tant elles sont nombreuses; en tous les cas, elles dessinent systématiquement tout le maillage relationnel d’une parentèle que l’on peut, presque toujours, mettre à contribution selon les stratégies matrimoniales, politiques, ou économiques, que l’on veut développer. Dans le cas de Robert, une chose intrigue: il n’est que le fils cadet de Denis-André. Pourquoi est-ce lui, et non son frère aîné, Emmanuel, qui gère les propriétés coloniales à La Réunion?

Robert, après quelques années de succès auprès de la gent féminine, se marie en 1917 avec une riche héritière, Augustine de Villèle, née en 1892. Un premier enfant naît, qui ne survit pas, hélas. Par la suite, le couple donnera le jour à quatre enfants, tous nés en France, à Paris.

Par son père, Augustine est une descendante de Mme Desbassyns, figure de propriétaire connue à La Réunion. Le père d’Augustine, agronome, est Directeur de la Chambre d’Agriculture, et trouve en son gendre un homme prêt à tester de nouveaux moyens d’améliorer à la fois les rendements de la canne à sucre, et les rendements des usines. Le beau-père de Robert a aussi fondé le Crédit Agricole de la Réunion. Les deux hommes publient dans la revue Agricole, fondée par Auguste de Villèle.

Ce portrait, accroché à un mur du château de Vigny, nous a aimablement été communiqué par Monsieur Enis O. ROCKEL, passionné d’histoire, Le Tampon; il en avait fait don à l’association Les Amis de l’Université.

Innovations et difficultés industrielles

C’est ainsi que Robert modernise les usines, sucreries et distilleries, reçues en héritage. Avant la mort de son père, Denis-André, en 1908, la société en commandite entre père et fils est dissoute, au profit d’une nouvelle société créée dès 1902, devant notaire à Paris, unissant Robert Le Coat de K/véguen, encore célibataire à cette époque, aux autres membres de la famille, notamment la branche de son beau-frère, les Rochechouart de Mortemart, et sa tante, Emma, née Le Coat de K/véguen et veuve du duc de Trévise. La nouvelle société prend le nom de Société Robert Le Coat de K/véguen & Cie. Son siège social est à Saint-Pierre, au domaine des Casernes. Les buts de la société indiquent clairement le caractère agro-industriel des possessions réunionnaises:

… constituée pour une durée de quinze ans, à compter du 1er juillet 1902 … pour une exploitation agricole et industrielle à la Réunion

Archives départementales de La Réunion, Hypothèques, 1630 W21/ 635 bis, acte n° 5447 bis, du 31 mars 1920

Aussitôt, Robert s’investit pleinement dans son nouveau rôle de propriétaire et d’industriel.

Il est le premier à introduire le procédé du malaxage des masses cuites, dans l’île, et équipe plusieurs usines de turbines Weston hydrauliques.

Il décide également de poursuivre l’effort de rationalisation des établissements industriels, en décidant de fermer les dernières usines les moins rentables: c’est la fin des activités sucrières pour l’usine du Tampon, vers 1902. Il faut dire que l’achat de la sucrerie du Gol, à Saint Louis, l’une des plus importantes usines du sud de l’île, si ce n’est la plus importante, a lourdement endetté la Société familiale. A partir de 1905, trois usines concentrent les efforts d’investissements techniques: celle du Gol, celle des Casernes à Saint-Pierre, et celle de Quartier Français, dans l’Est de l’île.

Cette dernière usine, qui avait été reconstruite en 1875 par le père de Robert, connaît, en février 1899, un incendie ravageur, apparemment d’origine accidentelle. Un foudre de rhum de 25 000 litres s’était effondré et brisé, s’enflammant au contact d’un alambic en fonctionnement. L’usine et sa distillerie sont totalement détruites. Après toute la demi-journée du 16 février pour combattre l’incendie, on déplore 8 victimes:

Tristan de Sigoyer, qui dirigeait la distillerie de l’usine, et ses deux filles, Rose et Sidonie, qui sont grièvement brûlées après avoir tenté de secourir leur père. Cinq employés perdent aussi la vie dans ce sinistre.

La Société Le Coat de K/véguen s’empresse de rebâtir à neuf l’usine, en l’équipant de matériel dernier cri: sur les conseils de l’ingénieur Albert Chassagne, l’établissement est équipé de puissantes machines à vapeur et de turbines performantes.

Pour le chargement des cannes, il introduit des appareils d’origine américaine. Au Tampon, une balance est installée, pour la pesée des charrettes, alors même que la sucrerie ferme ses portes vers 1902 – date à partir de laquelle la sucrerie n’est plus mentionnée à l’Annuaire de l’île de La Réunion, et dans les annales du Bulletin de la Chambre d’agriculture. Désormais, les cannes des quatre propriétés “historiques” qui alimentaient la sucrerie, celles de Terrain Fleury, qui englobe Petit Tampon, celles du Terrain Elie, jusqu’à la ravine Jean Payet, celles du Terrain Payet et du terrain Camélia (Grand Tampon ? ), auxquelles s’ajoutent les terres attenantes aux lieux-dits Ville blanche et Bassin Martin, soit au total 225 hectares défrichés – deux fois plus qu’autour des Casernes, 112, 5 hectares -, sont acheminées vers l’usine de Saint-Pierre, Les Casernes, qui fait office, de facto, d’usine centralisatrice.

Photographie publiée en 1913, dans un numéro de la Dépêche coloniale. L’usine fermera ses portes en 1970

Principal propriétaire et usinier de l’île, il partage la main-mise sur le sol et les sucreries avec le Crédit Foncier Colonial, installé dans l’île depuis 1863. C’est donc à ce titre qu’il devient le président du Syndicat des fabricants de sucre, créé en 1908, et toujours présent aujourd’hui sur la scène nationale et internationale pour défendre les intérêts de la filière de production.

La modernisation agricole

Robert Le Coat de K/veguen est un actif promoteur de la modernisation dans le domaine de l’agriculture. Il expérimente en premier lieu un certain nombre de procédés sur ses propres domaines; par exemple, en 1909, lorsqu’il fait réaliser une greffe d’olivier destiné à produire de l’huile d’olive (Olea europaea) sur un porte greffe issu du genre tropical, endémique de l’île de La Réunion, l’olivier blanc des Hauts de la Réunion ( Olea Lancea, L.) , sur la propriété de Bel Air. Une communication en est faite à Paris, dont on retrouve trace dans un numéro de 1922 de la Revue de Viticulture, sous la plume d’Adrien Berget.

Olivier planté sur l'emplacement de l'ancien verger, aujourd'hui EHPAD Fondation Favron.

Liquidation de l’empire agro-industriel de La Réunion

Le 20 mars 1920, par acte notarié, tous les biens réunionnais de la famille K/véguen sont revendus en blocs à la Société Foncière Maurice-Réunion Limited.

Cette société anonyme a été créée ad hoc: elle est toute récente, constituée à Maurice le 31 janvier, puis les 2, 5, 8, 12 et 17 février 1920, dans le cabinet du notaire mauricien Koenig, cette société est également enregistrée à Saint Denis, le 15 mars 1920, devant Maître Henri Foucque (acte du 2 mars 1920). Au jour de la vente, la Société est représentée par Paul Baissac, notaire résidant à Port-Louis, présent à La Réunion à cette date. Les intérêts de la famille K/véguen sont représentés par un ami de la famille, Camille Nas de Tourris, apparenté à l’épouse de Robert: il est l’oncle d’Augustine de Villèle.

Cette hâte est suspecte, à un moment où les négociations pour le règlement du conflit de la première Guerre mondiale battent leur plein. Les plénipotentiaires réunis dans les prestigieux châteaux français, comme Versailles ou Saint-Germain-en-Laye, redessinent allègrement les cartes mondiales. Il se trouve que, dans les vieilles colonies que sont les Mascareignes, La Réunion, colonie française, et l’île Maurice, colonie anglaise depuis 1810, une nouvelle question se pose, qui fait débat dans les presses locales: et si Maurice retournait à la France? Déjà, au siècle précédent, André Maure décrivait l’île Maurice comme

une colonie française sous drapeau britannique

André Maure, Souvenirs d’un vieux colon de l’île renfermant tous les événements qui lui sont arrivés depuis 1790 jusqu’à 1837, époque du bill d’émancipation,… dédiés à Sir Walter Minto Farquhar,… par un ami de son père, La Rochelle, typ. de Fréderic Boutet 1840.

De la fin de la guerre, en 1918, jusqu’en 1921, un mouvement rétrocessionniste – au sens d’une rétrocession des droits britanniques sur l’administration de l’île à la puissance coloniale originelle, la France – mène une campagne de presse fort active dans les journaux des deux îles de l’archipel des Mascareignes:

Ces « Franco-Mauriciens », selon l’expression employée par Hervé de Rauville pour mentionner les premiers colons de l’île, pensent représenter ce que la « Vraie France » traditionnelle a de meilleur selon une rhétorique très largement éprouvée qui se structure autour d’un « imagined homeland”, d’une patrie, d’une langue ancestrale inventée, imaginée …

FAGEOL Pierre-Éric, « La Réunion et le mouvement de rétrocession de l’île Maurice à la France (1918-1921) », Guerres mondiales et conflits contemporains, 2018/3 (N° 271), p. 91-112.

Hervé de Rauville est un réactionnaire, qui ne cache pas ses sentiments royalistes et ses idées xénophobes, proches de celles défendues par l’Action française. Robert Le Coat de K/véguen fréquentant lui aussi les milieux nationalistes – au point que Charles Maurras lui rendra un hommage public au moment de ses funérailles – a pu rencontrer Hervé de Rauville, qui a vécu plusieurs années à Paris.

Bref, même si ce rêve d’un retour d’une vieille colonie toujours francophone au sein de l’empire colonial français ne dura que peu de temps, toujours est-il qu’en 1920, la viabilité du projet ne fait aucun doute pour certains.

Car la chronologie des décisions en matière de mutations foncières interpelle: en l’espace de trois mois à peine, la société est créée, et Robert a eu le temps de recueillir toutes les autorisations et procurations nécessaires pour procéder à la liquidation du patrimoine réunionnais. Dès le 9 décembre 1919, Robert avait lui-même donné procuration à Camille Nas de Tourris pour qu’il s’occupe de la gestion de l’ensemble des affaires insulaires. Or, à peine quelques années auparavant, Robert continuait d’acheter des terres pour conforter l’assise foncière tamponnaise: en octobre 1911, un terrain dit “Apostin”, récupéré par adjudication, sous le nom du sous-directeur de la société dynastique, Philippe Lefaure. En 1912, un terrain acheté aux époux Lauret, et des terrains à Bérive.

L’affaire est d’une telle importance que le ministre des Colonies apporte sa caution, tandis qu’à Maurice, le vice-consul de France légalise les différents actes constitutifs de la Société foncière Maurice-Réunion Limited. Cette société étant constituée pour une durée de trente ans, qui lui laissera le loisir de procéder à la vente au meilleur prix des différentes parcelles constituant les quatre grands ensembles latifundiaires: le groupe de Saint-Pierre, le groupe de Saint-Joseph, le groupe de Saint-louis, et le groupe de Quartier français, sur la côte Est. Au moment de la vente, la Société Robert Le Coat de K/véguen & Cie ne récupère donc pas la totalité de la valeur du capital investi, soit 12 millions de francs, mais seulement la moitié, l’autre moitié devant être versée au prorata des ventes faites ultérieurement par la Société acheteuse. En outre, les dettes résultant de l’achat de l’usine du Gol ne sont pas totalement réglées. Il reste donc un passif. D’autres capitaux sont mentionnés comme faisant partie de ce patrimoine financier: des actions de la Banque de France, des actions et des obligations dans des compagnies de Chemin de Fer, des immeubles.

Au final, la Société vendra également les propriétés du Crédit foncier colonial, et celles du Comte Choppy…

C’est ainsi que le domaine des Casernes est revendu rapidement à une société anonyme, la même qui rachète aussi l’usine de Grands bois, ayant appartenu au Comte Choppy. Au final, Léonus Bénard rachètera l’ensemble du parc industriel, dont le fleuron devient l’usine du Gol, à Saint-Louis.

Au Tampon, dès 1921, les frères Avril, rachètent à la Société foncière Maurice-Réunion Limited le domaine du Tampon, soit plus de 700 ha, dont 220 ha de terres cultivées en cannes à sucre .

Il y a comme une anomalie dans cette précipitation à la vente, d’autant plus curieuse que la contagion a gagné le crédit foncier colonial, et la famille Choppy. Les déboires électoraux personnels, les chagrins familiaux, ne peuvent expliquer à eux seuls cette urgence à réaliser le plus vite possible en monnaie sonnante et trébuchante le capital industriel et foncier. Il doit y avoir autre chose. La lecture des textes législatifs et des projets de réforme foncière au niveau national semblent une piste à étudier… au prochain article!

Le château de Vigny, d’origine médiévale, est acquis par le comte de K/véguen en juin 1922. La famille y résidera jusqu’en 1992. Un film célèbre, entre autres, y fut tourné, Les Barbouzes, de Georges Lautner.

Image extraite de l’article Wikipedia consacré au château

  • FUMA, Sudel, Une colonie, île à sucre, L’économie de La Réunion au XIXe siècle, Océan éditions, 1989
  • GERAUD, Jean-François, LE TERRRIER, Xavier, Faire du sucre à La Réunion, une technologie créole d’excellence, 1783-1914, CRESOI, Université de La Réunion, éditions Epica, 2016
  • HO, Hai Quang, La Réunion (1882-1960), Histoire économique, L’Harmattan, 2008.
  • PLESSIS, Alain, Le Franc au XIXe siècle, dans “D’or et d’argent, la monnaie en France du Moyen-age à nos jours, Paris, 2005, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2005. Lecture qui permet de prendre en compte le contexte financier, et notamment la crainte d’une dévaluation du franc au sortir de la Première guerre mondiale.
  • PLUCHON, Philippe, Histoire d’une dynastie insulaire, les Kerveguen avant de Kerveguen, mémoire de maîtrise en histoire, sous la direction de Claude Wanquet, Université de La Réunion, 1984.
  • ROCKEL, Enis, Les Kerveguen, une grande famille esclavagiste du Sud, compte rendu de la sortie culturelle des Amis de l’Université, 25 juin 2011.
  • TORRES, Félix, Quartier français, une histoire réunionnaise de 1923 à aujourd’hui, Océan éditions, 2003

Pour les aspects autres que strictement économiques:

  • Mémorial de La Réunion, tome V, 1914-1939, sous la direction de Henri MAURIN et Jacques LENTGE, Australe édition, 1989: anecdotes sur la personnalité de Robert, contrebalancée par la vision semble-t-il plus déférente de :
  • CANABADY-MOUTIEN, Gilbert, et CIER Dominique, L’indien du domaine Mon Caprice, La mémoire des Canabady, Azalées éditions, 2012 – Une version romancée de la saga familiale de travailleurs engagés par Denis-André Le Coat de K/véguen.
  • THEODORA, Roger, Paroisse du Tampon : histoire de la nouvelle église : 1907-1924 / Eugène Rognard ( texte établi par Roger Théodora ) Surya éditions, 2011

La consultation, aux Archives départementales de La Réunion, de la série 3 E, archives notariales, et la série 4 Q, Hypothèques, a permis de s’interroger sur la chronologie des achats et ventes, notamment liés au domaine du Tampon.

La liasse 1M558, correspondance du Gouverneur en 1919 adressée au Ministre des Colonies apporte de précieux renseignements, sur les retards de paiement envers les industriels pendant la guerre, le régime des taxations.

Enfin, la lecture de la presse, nationale, sur le site Gallica, de la Bibliothèque nationale de France, et locale, apporte son lot d’anecdotes, de rumeurs -ladi lafé en créole – , et de prises de positions tempétueuses sur les grandes questions du début du vingtième siècle: le long règlement du conflit de la Première Guerre mondiale, interrompu de temps à autre par les vagues successives de la grippe dite “espagnole”, le statut des plus vieilles colonies françaises, la réforme foncière …


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Dominique Vandanjon-Herault (5 septembre 2023). Robert Le Coat de K/véguen. Une sucrerie à Bel Air. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lwva


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search