À propos

Dominique VANDANJON-HERAULT,
mère de famille, grand-mère, randonneuse

Après un baccalauréat littéraire (latin-grec) obtenu à La Réunion, j’ai suivi une formation au Lycée Pierre de Fermat, à Toulouse, pour préparer le concours d’entrée à l’Ecole des Chartes.

Par la suite, j’ai combiné aventure familiale, et poursuite d’études: devenue professeure-agrégée d’histoire et de géographie, j’ai adoré mon métier, car j’ai eu la chance de rencontrer dès le début de ma carrière, et dans mes formations postérieures, des collègues dynamiques, motivés, qui m’ont fait évoluer et m’ont donné l’envie de me lancer tant dans des parcours européens avec les élèves, que dans la formation d’adultes, ou dans la préparation aux Concours de l’enseignement (Professeurs des Ecoles, Préparations au Capes, PRAG Histoire moderne à l’Université de La Réunion)


Présentement à la retraite de l’Education nationale, je poursuis néanmoins un parcours d’enseignante: je contribue à la préparation à l’épreuve orale de Géographie du Concours “Agro-véto” pour des élèves du Lycée Roland Garros, au Tampon, île de La Réunion, avec des collègues; j’interviens aussi dans la formation d’adultes qui se préparent au DAEU (Diplôme d’Accès aux Etudes Universitaires) à l’Université de La Réunion, Direction de la Formation Tout Au Long de la Vie


J’ai aussi longuement participé à la vie de l’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie de l’île de La Réunion, dont j’ai été à deux reprises la Présidente.

Aujourd’hui, je consacre mon temps libre à la recherche, revenant à mes premières amours. Avec quelques collègues, mais aussi des parents d’élèves et des personnes venant d’autres horizons professionnels, nous animons la page Facebook de l’Association Capeline-974, pour laquelle nous produisons de petites animations pédagogiques ou scientifiques, et quelques conférences ou interventions dans des classes, à la demande.

Les recherches sur l’usine sucrière de Bel-Air au Tampon ont conduit à des prolongements inattendus, mais passionnants: outre une insertion dans la vie sociale des quartiers, par le biais de la politique de la ville de la Commune du Tampon, des discussions animées ont conduit à un nouveau partenariat avec l’association belge “Objet Témoin”, et le projet complémentaire de mise en valeur, voire de création, des vêtements portés par les travailleurs de l’usine sucrière entre 1848 et 1880 (çà, c’est mon côté manuel, et l’héritage familial: ma grand-mère maternelle était une redoutable couturière!). Le projet a pris le nom de “Forget Me Not“-Oubli pas moin en créole- et regroupe des partenaires européens, réunionnais, et indiens.

L’art de se vêtir est un reflet à la fois de la condition sociale, mais aussi des manières de vivre, et, pourquoi pas, des rêves de toute une population, composite, souvent immigrée, qui n’a guère voix au chapitre dans les archives; d’autres que ces personnes, leurs propriétaires, les administrations dont elles dépendent, parlent des esclaves, des engagés, des créoles, des ouvriers des usines, mais eux-mêmes restent les grands muets de l’histoire. Une histoire qu’ils ont pourtant largement contribué à écrire par leur travail, leur sueur, leur savoir-faire, et les traditions qu’ils ont laissé perdurer presque jusqu’à nos jours.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search